Tourisme spatial: une pratique qui a de l'avenir

Un article rédigé par Jean-Baptiste Labeur - RCF, le 9 juillet 2021  -  Modifié le 9 juillet 2021
L'invité de la rédaction Le tourisme spatial avec Jean-François Clervoye
Partager

Le milliardaire Richard Branson s’apprête à décoller dans l’espace, en touriste. Une pratique réservée aux plus riches de la planète, mais qui pourrait se démocratiser d’ici plusieurs années.

©Unsplash ©Unsplash

L'expérience du vol spatial

Dimanche, c’est Richard Branson qui prendra part à un vol suborbital dans un vaisseau conçu par son entreprise Virgin. Jeff Bezos lui emboîtera le pas quelque temps plus tard, dans un vaisseau également conçu par sa société, Blue Origin. Une bataille d’ego certes, mais également un tournant dans la vision que l’on peut avoir de l’espace aujourd’hui.

"On peut penser qu’il y a une guerre d’ego. Les deux sont milliardaires, entrepreneurs, aventuriers, rêveurs. Ils choisissent la méthode la plus difficile. Monter comme une fusée et redescendre en planant comme un avion. Dans les deux cas, ils n’atteindront pas la vitesse orbitale. Les moteurs servent juste à prendre de l’altitude, une centaine de kilomètres. L’idée est de donner à des passagers l’expérience du vol spatial" explique le spationaute Jean-François Clervoye.

Une pratique rentable d'ici dix ans

Ce dernier ajoute que les récentes études de marché en matière de tourisme spatial démontrent qu’il existerait suffisamment de clients sur terre pour rentabiliser cette pratique sur huit à dix ans. Avec un investissement très lourd au départ évidemment. "Il y a cinq échelles de tourisme spatial : le vol avec la vue sur la Terre depuis l’espace, le vol autour de la Lune pour quelques centaines de millions d’euros, une semaine en orbite terrestre pour une dizaine de millions de dollars, le vol suborbital pour cent fois moins cher, soit 200 à 300.000 euros. Il existe aussi un ballon atmosphérique, pour 100.000 euros. Enfin la version low cost, pour des scientifiques ou des touristes, à 5.000 euros hors taxes" lance-t-il.

Bientôt des hôtels dans l'espace ?

Bien entendu, pour s’envoler dans l’espace, il existe des contraintes physiques évidentes. "La première contrainte, c’est la tonicité du système cardio-vasculaire. Il n’y a pas de contrainte de vue étant donné que le touriste ne pilote pas. La seule chose qu’il a besoin d’apprendre, c’est comment utiliser les toilettes, comment dormir et comment manger, sans oublier les règles de sécurité. Pour les vols suborbitals, il faut juste apprendre à monter à bord et à respecter les règles de sécurité" rappelle le spationaute.

Quel avenir pour le tourisme spatial ? Certains projets fous comme des hôtels en orbite sont déjà évoqués. Des projets crédibles pour Jean-François Clervoye. "Les vaisseaux existent" explique-t-il. Reste la question des destinations. "Soit aucune comme le vol Inspiration IV. Certaines missions visent la station spatiale internationale. C’est un peu plus compliqué, mais il existe des modules en cours de fabrication, pour une station spatiale privée. Il y aura dans cette décennie des destinations privées pour touristes, dans l’espace" conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don