Accueil
Théâtre, de la Grèce à la baignoire !
Partager

Théâtre, de la Grèce à la baignoire !

RCF,  -  Modifié le 20 décembre 2018
Chaque jour Jean Pruvost analyse un mot.
podcast image par défaut

Théâtre, voilà un mot et une réalité dont on comprend confusément qu’il s’agit de quelque chose de très ancien, en devinant même qu’il faut sans doute remonter à l’Antiquité. Voilà qui mérite de radiographier ce mot très ancien et toujours d’actualité.

Sans aucun doute, en vérité, on remonte même à un mot grec simple, théa, désignant la vue, ce qu’on voit, un spectacle, qui a donné le mot grec d’où a été tiré le latin classique theatrum. théâtre au sens concret du terme, mais aussi et par extension les spectacle publics, et enfin déjà au sens figuré. Le lieu où se produit quelque chose d’important , le théâtre d’un événement.

Dès l’Antiquité, dans son premier sens il s’est agit, matériellement, d’une construction à ciel ouvert, à l’origine en bois, puis en pierre, comprenant une scène, des gradins en formes de demi-cercle, d’hémicycle, généralement adossés et creusés dans une colline et ouvrant sur un paysage de mer ou de montages. Il y avait donc le theatron, e demi-cercle dans la colline, l’hyposcenium, tout en bas, le proscenium pour les acteurs et l’orchestre. Et viennent dans nos mémoires des théâtres célèbres sous l’Antiquité, le théâtre d’Épidaure, de Delphes, de Syracuse, certains théâtres de l’Antiquité pouvait accueillir 95 000 personnes !

Il faut attendre le XVIe siècle pour que, quittant les parvis d’église et les tréteaux, le théâtre se métamorphose en un bâtiment fermé, où se donnent des œuvres dramatiques, lyriques ou chorégraphiques, avec tout une structure y correspondant : la scène, les coulisses, la fosse pour l’orchestre, du côté des acteurs ou chanteurs, et du côté des spectateurs la salle à laquelle s’adjoindront des loges et au XVIIIe s des baignoires, par analogie de forme sans oublier  les balcons. Il est presque inutile de dire à quel point au XVIIe, le théâtre devint le genre littéraire premier illustré par Molière pour la comédie et Corneille et Racine pour la tragédie.

Et jamais le succès ne s’est ensuite démenti. Comme une définition de mot croisé en témoigne, elle n’est pas particulièrement drôle mais révélatrice : "Attraction universelle". Oui ce n’est pas la pesanteur, mais le théâtre. Et contrairement à l’attraction terrestre, eh bien le théâtre nous permet de nous élever. Allez, pendant les vacances de Noël, un peu d’attraction univeselle, ça rime avec Noël ! 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don