Accueil
Soyons des réparateurs de brèches
Partager

Soyons des réparateurs de brèches

RCF,  -  Modifié le 29 avril 2020
Comme le confinement provoque des fissures dans nos habitudes de vie, il est peut-être tant pour nous de voir passer la lumière à travers ces brèches, et de prendre soin de notre prochain.

La modestie : telle pourrait être une nouvelle et bienfaisante devise pour notre République, comme pour chacun de nous. Nous qui confessons le Seigneur de la paix, puissions-nous participer du mouvement qui doit soutenir la paix sociale, indispensable aux épreuves à venir. Ce temps a exacerbé des difficultés, des soupçons, le mal de vivre de beaucoup, des douleurs, voire de la rancœur aussi. Ce n’est pas l’heure d’en rajouter mais bien d’être de modestes acteurs de liens, de cohésions, de reconnaissance. « La civilisation est un bien invisible puisqu’elle porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre, ainsi et non autrement », soulignait Antoine de Saint-Exupéry[1] dans un courrier terrible et vibrant.

Ce qui est attendu de nous, peut-être, c’est que nous soyons des « réparateurs de brèches ». « Tu rebâtiras les ruines anciennes, tu restaureras les fondations séculaires. On t’appellera : « Celui qui répare les brèches », « Celui qui remet en service les chemins. » Isaie, 58, 12. Réparer les brèches, ce n’est pas s’occuper de nos seuls proches ou même de nos églises, mais bien des liens qui nous unissent à tous. Du destin commun qui est le nôtre, abîmé par tant de drames et par cette épreuve collective, cette catastrophe.

Réparateur de brèche, ce n’est pas refaire comme avant. Vous connaissez peut-être le petit arpenteur de Jérusalem (Zacharie 2, 5). Il vient mesurer la ville pour sa reconstruction, sa largeur et sa longueur. Mais un ange lui fait comprendre que « Jérusalem doit rester une ville ouverte, à cause de la quantité d’hommes et de bétail qui la peupleront » (v.8) Une ville dont le Seigneur lui-même sera la gloire.
Alors ne soyons ni de simples petits arpenteurs, ni des prétentieux qui prétendraient bien fallacieusement faire table rase de la mémoire. Mais de ceux qui, modestement et opiniâtrement, avec tant d’autres réparent le tissu de l’humanité déchirée.

[1] Lettre du 30 juillet 1944, écrite la veille de sa mort, au large de Marseille.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don