Accueil
​SAMU du Cher : la visioconférence pour affiner les diagnostics
Partager

​SAMU du Cher : la visioconférence pour affiner les diagnostics

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 9 mars 2021
Depuis quelques mois, le médecin régulateur dispose d'un nouvel outil numérique. En quelques clics, il peut lancer un appel vidéo avec le patient, pour mieux évaluer la situation.
RCF - Le docteur Lambert peut déclencher l'appel vidéo en quelques clics depuis son poste. RCF - Le docteur Lambert peut déclencher l'appel vidéo en quelques clics depuis son poste.

Au centre d'appels du SAMU (Service d'Aide Médicale Urgente) du Cher, à l'hôpital de Bourges, le concert des appels téléphoniques est régulier. Le docteur Eliott Lambert, médécin régulateur, n'a pas le temps de chômer : il enchaîne les coups de fil et doit rapidement évaluer les situations pour diriger au mieux les patients dans le parcours de soin. Depuis le mois de mai, il dispose donc d'une nouvelle corde à son arc : la visioconférence. Simple gadget ou véritable utilité ? "Clairement ça a un apport" tranche le docteur, "on est aveugle avec le patient, on parle à des gens qui ne sont pas médecins, donc parfois c'est très difficile de savoir exactement ce qu'il se passe. Des choses toutes simples peuvent affoler les gens alors que nous, une fois qu'on a le visuel, ça ne nous inquiète pas plus que ça... c'est un vrai avantage."

La télérégulation pour gagner du temps

La visioconférence n'est pas utile dans toutes les situations : "Nous l'utilisons principalement dans des pathologies de traumatologie" explique le Docteur Isabelle Meyer, cheffe des urgences de l'hôpital de Bourges et du SAMU du Cher, "on l'utilise également pour les gens qui sont essouflés, pour lesquels on a un doute sur le caractère de gravité de la dyspnée [...] ça peut nous donner des indications". Grâce au visuel, le SAMU dispose de plus d'informations et peut diriger le patient vers l'hôpital le plus proche, ou une structure spécialisée plus adaptée, avec, à la clef, "un gain de temps et d'efficacité pour le patient" assure le Docteur Meyer.

C'est le médecin régulateur qui juge quand il est nécessaire de lancer la visioconférence avec le patient. Il l'utilise environ une à deux fois par jour. Pour peu que l'on soit à l'aise avec les outils numériques, l'utilisation est très facile : "C'est super simple à mettre en place !" précise le docteur Lambert, "on a déjà le numéro des patients, on le rentre, ils reçoivent le lien en quelques secondes, ils cliquent dessus et leur vidéo se déclenche automatiquement. C'est hyper pratique à utiliser, n'importe qui avec un smartphone peut s'en servir."

N'importe qui mais pas n'importe où : pour lancer l'appel vidéo il faut disposer d'une bonne connexion internet. Si vous êtes dans une zone blanche, pas de visioconférence...

Reportage

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don