Accueil
Rhum, prenons la route !
Partager

Rhum, prenons la route !

RCF,  -  Modifié le 30 octobre 2018
Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot qui fait l'actualité.
podcast image par défaut

La Route du rhum appelle forcément l’attention sur le mot rhum, avec son orthographe particulière qui commence comme rhume mais qui se prononce comme la capitale de l’Italie. Voilà qui intrigue et donne l’occasion de radiographier ce mot qui fait penser au grog donné aux  enrhumés, je n’ai pas dit en-rhomés… !

Pas de confusion en effet. Et si tout le monde connnaît le mot et le prononce bien, en définitive on ne sait pas vraiment quelle est son origine étymologique… ?

Vous parlez d’or, Antoine, parce que quant à l’origine précise du mot on en est en effet plutôt au stade des interprétations. Une chose est certaine, c’est un mot anglais, et même plus précisément une abréviation de rumbullion, et ce n’est donc en rien un mot des Antilles où se cultive la canne à sucre. La question reste de savoir d’où vient rumbullion : on pense que ce serait une variante de rumbustion, désignant un grand tumulte.

Et d’évidence, un grand tumulte lié aux effets de cette boisson dans les tavernes anglaises. On a tous en tête des tavernes de pirates qui boivent tant et plus du rhum, dans une atmosphère presque effrayante. C’est en 1688 que le mot rhum, d’abord écrit sans h est attesté en France, puis le voilà en 1723 plutôt écrit rome comme la capitale, et pour finir en 1768 est adoptée l’orthographe actuelle avec son h : rhum. En fait c’est sans doute l’attraction d’autres mots commençant par rh qui a ici joué son rôle faussement analogique, rhumatisme, rhume, etc., en partant de la racine grecque rhéo, rhée, synonyme de « qui coule ».

Jean, le rhum est aussi lié en france au grog… réputé propre à apaiser les enrhumés…

Oui, ce mot grog étant lui-même aussi anglais : de manière plaisante, il s’agit du sobriquet de l’amiral Vernon, Old Grog, parce qu’il était habillé de gros grain, grogram en anglais. En fait ce bon amiral  obligeait ses marins à étendre d’eau leur ration de rhum, pour éviter leur ivresse. Le mot est entré en français en 1776, se définissant comme « une boisson constituée d’eau chaude et de rhum », souvent assortie d’un exemple évoquant un enrhumé : « Je lui ferai un grog bien chaud, puis je l’envelopperai d’une couverture » lit-on chez Saint-Exupéry.

En fait, il y a une définition du rhum par les verbicrucistes qui me fait sourire : « On l’a dans le baba » : vous l’avez deviné, il s’agit du baba au rhum ! », baba étant un mot polonais signifiant gâteau. Ah le baba au rhum, mon gâteau préféré !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don