Accueil
Réforme des centres de finances publiques: la révolte des fonctionnaires
Partager

Réforme des centres de finances publiques: la révolte des fonctionnaires

Un article rédigé par RCF - RCF Anjou,  -  Modifié le 16 septembre 2019
Les fonctionnaires des centres de finances publiques sont en grève aujourd'hui. Ils protestent contre la réorganisation voulue par leur ministre Gérald Darmanin.
RCF ANJOU 2019 RCF ANJOU 2019

La mobilisation contre la réforme Darmanin et sa "géographie revisitée" est nationale à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, CFDT, Solidaires et CFTC). En Maine-et-Loire, les manifestants se sont rassemblés devant les centres des finances publiques d'Angers, Saumur, Baugé et Segré pour montrer leur détermination. Ils sont fermement opposés à la réforme portée par Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des comptes publics.
Une réforme qui prévoit la fermeture de certains centres, notamment les services fiscaux de Baugé et Segré.
En contrepartie, des maisons appelée « France service » vont voir le jour, des lieux appelés à regrouper les services publics où seront présent, à des jours et des horaires qui restent encore à définir un fonctionnaire des finances publiques.
Une mise en place ridicule pour les syndicats qui y voient la fin programmée d’un vrai service public et la dégradation du service aux usagers qui n'auront peut-être pas forcément en face d'eux, la personne forcément la plus qualifiée pour leur donner la réponse à leur question.
"On va avoir une carte qui va afficher plus de centres, pour la population qui regarde simplement la carte, elle aura l'impression qu'il y a plus d'endroits où se déplacer, sauf qu'il n'y aura pas forcément un agent des services publiques et des finances publiques et par conséquent, pas une personne suffisamment formée pour répondre à toutes les questions de l'usager, assure Sébastien Belaud, secrétaire adjoint de Solidaire finances publics 49. Soit il sera obligé de téléphoner au centre de contact par exemple, ou envoyer un mail et actuellement, malheureusement, il n'y a plus assez de personnes pour gérer l'afflux de mails et d'appels. Ce matin par exemple, les gens venaient à la cité administrative et ils se plaignaient car ils ont fait des démarches par internet, mais ils sont quand même obligés de venir."
 

Une "incompréhension" pour Michel Derrac

Pour la direction, le son de cloche n’est pas le même.
Le directeur départemental des finances publiques du Maine-et-Loire, parle d’une incompréhension et assure qu’un accueil humain toujours aussi compétent sera assuré.
"Dans les espaces dont je vous parle ou les mairies, bien sûr que les agents d'accueil sont des agents qui font des renseignements de 1er niveau, mais ils prendront des rendez-vous notamment avec des citoyens qui souhaitent un éclairage fiscal particulier, explique Michel Derrac, et ce sont nos agents, les agents des finances publiques qui viendront avec leur savoir-faire, leur expérience, leur ordinateurs, leurs applications et qui répondront aux citoyens telles demi-journée ou telle autre en fonction des jours que nous aurons vu avec les élus. Et donc les citoyens ça le sauront, et ils sauront qu'ils rencontreront un vrai agent des finances publiques, physiquement et pas seulement par internet ou par le centre de contact téléphonique." 

Du public au privé

Autre problème pour les syndicats: certaines missions de service publics vont bientôt être transférées vers le privé. C’est la Française des Jeux, par les buralistes qui pourrait s’occuper de l’encaissement des amendes par exemple. Les banques pourraient également se charger de l’encaissement de la TVA.
Du coté des chiffres, les syndicats et la direction partaient sur une mobilisation d’environ 50% des fonctionnaires des finances publiques du département.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don