Partager

Prière

RCF,  -  Modifié le 15 mai 2020
Un mot qui nous fait remonter très loin dans l'histoire de langues ...
podcast image par défaut

Et on s’en doute le mot prier vient du latin et
comme on le perçoit aujourd’hui, c’est un mot très riche
de sens et particulièrement fort dans notre langue. Un
mot à suivre donc depuis sa naissance.

La première trace écrite qu’on ait du mot en français,
date de 1120, sous la forme preiere, p-r-e-i-e-
r-e, avec très vite, dès 1138, l’orthographe et la
prononciation actuelle. Il s’agit en fait de l’évolution
phonétique naturelle d’un mot du latin populaire,
precaria, qui en réalité est déjà une abréviation de
charta precaria, qui correspondait à une supplique,
c’est-à-dire la demande d’une grâce à une puissance
supérieure.
Précaria était en effet un nom construit à
partir de l’adjectif classique precarius, désignant ce qui
est obtenu par la prière.
De là vient d’ailleurs un autre
sens et un autre mot, précaire qui, étymologiquement,
qualifie ce qui dépend d’une prière et qui n’est donc pas
forcément acquis. Pour trouver une définition
linguistique précise contemporaine, ouvrons le site du
Dictionnaire de l’Académie française, gratuit sur
Internet, une merveille et lisons la définition :
« Élévation, mouvement de l’âme vers Dieu », tout
premier sens suivie d’une autre acception : « Invocation
d’un être sacré, d’une divinité sous la forme d’une
action de grâce, d’une demande de pardon, d’une
supplique, etc. » Et enfin, en bonne logique
grammaticale : « le discours dont on use à ce dessein ».
Et puis un exemple qui nous ramène au Christ : « Le
Christ passa sa dernière nuit en prière au jardin des
Olivers. » Et aussi comme les Académiciens sont
modernes et observent finement la langue, ils n’oublient
pas l’usage argotique ou plutôt familier du mot
« prière ».

Eh bien, textuellement : « Dans la littérature policière et
les films d’action. Fais ta prière ! prépare-toi à mourir. »
Bon si on dit cela aux enfants, ça n’a évidemment pas le
même sens… Mais prononcé par quelque truand, il est
bon alors de se souvenir de l’anagramme du mot prier ?
Périr ..
En plein, Antoine. Laissons le dernier mot à un
verbicruciste qui propose plaisamment relancer les
patrons, entendons les saints. Mais aussi avec grande
humilité et sincérité, viser plus haut. Oui, et à genoux !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don