Accueil
Présidentielle, 2nd tour : les réactions dans le Loir-et-Cher
Partager

Présidentielle, 2nd tour : les réactions dans le Loir-et-Cher

Un article rédigé par Julie Rolland - RCF Loir-et-Cher,  -  Modifié le 8 mai 2017
Contrairement au premier tour, les Loir-et-Chériens ont ce dimanche majoritairement voté pour Emmanuel Macron à 60.46%. Retour sur les réactions d'élus dans le Loir-et-Cher.
2017 - Julie Rolland - Les militants d'En Marche ! ont porté fièrement les couleurs de leur candidat ce dimanche avant les résultats à Blois. 2017 - Julie Rolland - Les militants d'En Marche ! ont porté fièrement les couleurs de leur candidat ce dimanche avant les résultats à Blois.

Les Loir-et-Chériens se sont mobilisés ce dimanche pour le second tour des présidentielles. Le taux de participation est de 87.39% contre 81,12% lors du premier tour.
Dans les urnes, les Loir-et-Chériens sont allés à contre courant de l'ordre des candidats établi le 23 avril dernier. Ils ont en effet accordé 60.46% de leurs voix à Emmanuel Macron, contre 39.54% à Marine Le Pen.
En termes de voix, le candidat du mouvement En Marche ! a "gagné" plus de 60 000 voix entre le 1er et le 2nd tour. Pour Marine Le Pen, c'est plus de 17 000 voix.

Dès ce dimanche, les élus du Loir-et-Cher n'ont pas manqué de réagir à cette victoire d'Emmanuel Macron : 
 

  • Réaction de Maurice Leroy, président du conseil départemental de loir-et-CHER :

" En plaçant largement en tête Emmanuel Macron, avec une participation supérieure à la moyenne nationale, le Loir-et-Cher prouve une nouvelle fois son attachement profond aux Valeurs de la République. 
De tout cœur, je remercie les Loir-et-Chériens de leur civisme et de leur sens des responsabilités. 
La présence du Front National au second tour de l’élection présidentielle, pour la seconde fois après 2002, est un ultime avertissement de la part de beaucoup de Français. 
Le nouveau Président de la République doit entendre ce message de colère et y répondre désormais.  
Le Président Emmanuel Macron a maintenant une responsabilité historique.  
Les cinq ans à venir sont d’une importance capitale pour l’avenir de la France et de l’Europe.  
L’élection présidentielle est passée. Elle se joue toujours en quatre tours ! Les 11 et 18 juin prochains, les Français sont appelés à élire leurs 577 députés et à faire le choix d’une alternance claire. 
J’appelle nos électeurs et électrices à se mobiliser pour l’élection législative des 11 et 18 juin prochains pour avoir une majorité de députés qui donne à la France un gouvernement solide et stable qui puisse mettre en œuvre les réformes dont notre pays a tant besoin : emploi, réduction des déficits publics, sécurité, éducation, agriculture, santé, retraite, réforme de la politique européenne, environnement".
 

  • Réaction de Marc Gricourt, maire socialiste de Blois : 

"Emmanuel Macron est élu 8e président de la Ve République. Je le félicite de cette victoire qui est d'abord celle de la République contre les tenants d'une politique extrême dont les valeurs lui sont contraires. C'est un soulagement certes mais même si le score est sans appel avec plus de 65 % des voix, nous sommes bien loin du front républicain qui avait permis à Jacques Chirac de l'emporter avec plus de 80 %.
A Blois, le score final est de 74,66 % en faveur d'Emmanuel Macron, le Front national est largement derrière et c'est une bonne nouvelle pour notre ville.
On le voit, l'attachement à la République ne suffit plus et le score du Front National même défait reste inquiétant avec plus de 11 millions de Français qui ont fait ce choix et un premier tour qui a fracturé le pays. 
La responsabilité du nouveau président de la République est immense. Les erreurs commises en 2002 et depuis ne doivent plus l'être. Il lui appartient de tenir compte du fait qu'il lui sera impossible de savoir combien, au-delà de son score du premier tour, son résultat de ce soir est un vote d'adhésion ou un vote de rejet du Front national.
Sa responsabilité est grande après qu'il aura dit, durant toute cette campagne, son intention de rassembler les Français. Il pense pouvoir le faire au-delà des différences, au-delà des clivages. A cette heure, je lui souhaite d'y parvenir mais rappelle d'ores et déjà que le libéralisme économique à tout crin ne se marie guère avec le désir de justice sociale dont ont besoin les Français.
Emmanuel Macron va maintenant préciser les conditions dans lesquelles il comptera gouverner. Les Français vont être appelés, les 11 et 18 juin prochains, à élire leur nouvelle assemblée nationale. Le vrai débat politique commence maintenant. Libéré des affaires des uns et des autres, libéré des appels au vote utile qui ne manqueront pas d'intervenir dans tous les sens, il est et sera l'occasion pour les Français de dire quelle politique ils veulent voir mener dans notre pays. Cette offre politique devra être portée avec clarté et d'abord sur des valeurs fortes. 
Pour ce qui me concerne, c'est autour des enjeux démocratiques, écologiques, européens et sociaux que devra se faire cette campagne. C'est autour de ces axes forts qu'un renouveau des pratiques démocratiques et politiques est attendu dans notre pays. C'est autour de cette exigence écologique que se définira le futur de notre pays et de notre planète. C'est dans le cadre européen, indépassable, source de paix mais qui doit être profondément refondu, que se trouveront les solutions pertinentes en matière énergétique, économiques et monétaires, sociales et de sécurité. C'est enfin dans l'essence de mon engagement en faveur de toutes les formes de justice, dans une répartition plus juste des richesses et des droits que les Français, notamment les plus fragiles, retrouveront confiance en l'action publique.
Ce soir, le pire est évité. La semonce est néanmoins plus forte encore. Les Français laissent encore une chance à leur République, à la démocratie. Il appartient à chacun de la saisir et enfin de construire les conditions d'un futur désirable".
 

  • Guillaume Peltier, maire Les Républicains de Neung-sur-Beuvron et candidat aux législatives : 

"Les Français ont fait leur choix et c’est donc Emmanuel Macron qui est notre nouveau président de la République. Je tiens à lui adresser mes 
félicitations républicaines, malgré les désaccords importants que j’ai avec le projet politique qui est le sien, comme la hausse de la CSG qu’il prévoit et qui va toucher très durement les retraités notamment. Je souhaite, pour l’intérêt de la France et des Français, qu'il réussisse. Je veux dire à tous les électeurs qui l’ont choisi que le besoin de renouvellement du monde politique est immense et que la France a besoin de nouveaux visages et d’une nouvelle politique. C’est le sens aussi de ma candidature aux élections législatives.
Je veux également souligner l’abstention record depuis 1969 qui, ajoutée aux votes blancs et nuls, ne peut masquer la déception de l’offre électorale de ce second tour.
L’échec de Marine Le Pen, au niveau national, ne doit pas cacher les questions qui préoccupent nos concitoyens, notamment dans le monde rural. Je veux dire, ce soir, à tous ceux qui ont voté Marine Le Pen, voté blanc ou qui se sont abstenus, que j'apporterai une réponse politique à leur colère et leur exaspération. J’ai rencontré des milliers de Loir-et-Chériens au cours des derniers mois. J’entends la colère qui gronde, l’exaspération contre les impôts toujours plus lourds, l’insécurité, le chômage ou les angoisses face aux menaces terroristes. Il me paraît indispensable d’être en mesure d’apporter des réponses crédibles, efficaces et pragmatiques. C’est tout le sens aussi de ma candidature aux élections législatives car je refuse la fatalité et le déclin.
Ensemble, unis, nous pouvons et nous devons relever la France et préparer l’avenir du Loir-et-Cher. J’invite tous les Loir-et-Chériens à se mobiliser pour les élections législatives dès le 11 juin prochain".

 

  • Denys Robiliard, député socialiste du Loir-et-Cher et candidat aux élections législatives : 

"La victoire d'Emmanuel Macron contre Marine Le Pen est une satisfaction pour tous les Républicains. L'augmentation du nombre de voix du FN entre les deux tours, l'importance de son score en pourcentage, majorée par le niveau de l'abstention et des votes blancs ou nuls, sont une source d'inquiétude. 
Je félicite notre nouveau Président de la République. Je souhaite qu'il mène une politique qui écarte durablement le danger de l'extrême-Droite. L'attention aux droits sociaux en est une condition. Ce sera un enjeu des législatives".
 

  • Patrice Martin-Lalande, député Les Républicains du Loir-et-Cher :

"J'adresse mes félicitations républicaines au Président élu par les 2/3 des votants .
Mais ce  vote massif pour faire barrage à l'extrême droite ne peut être interprété comme un chèque en blanc ni un vote d'adhésion à la politique proposée par Emmanuel Macron.
Sur les 65% de voix, les - au mieux- 24% d'adhésion du premier tour sont très minoritaires par rapport aux 41% de voix supplémentaires exprimées pour faire barrage.Et les 10 millions de voix pour le FN,  l' abstention record, les 3 millions de vote blanc ou nul traduisent  la profondeur du désarroi et  de la colère  de la société française.
Dans la 2ème circonscription, avec Guillaume Peltier, nous allons nous battre pour une alternance de droite et du centre et une nouvelle majorité parlementaire pour la France. Il faut être clair : il n'y pas de place pour la dispersion des voix modérées : il faut le plus large rassemblement derrière Guillaume Peltier qui est le seul candidat capable de battre la candidate du FN. Il a tout mon soutien et je serai son suppléant".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don