Accueil
Présidentielle 2022 : L'immigration avec la Cimade

Présidentielle 2022 : L'immigration avec la Cimade

Un article rédigé par Bérénice Charles, Violaine Rey - RCF Isère, le 31 mars 2022  -  Modifié le 31 mars 2022
3 questions à (Isère) [PRESIDENTIELLE 2022] L'immigration avec la Cimade

Durant deux semaines et jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle 2022, programmation exceptionnelle sur RCF Isère. Chaque matin, sur votre antenne, retrouvez un nouvel invité qui aborde, pour vous, un enjeu fort de ce vote et ses propositions pour le prochain quinquennat. 

Unsplash -Kyle Glenn Unsplash -Kyle Glenn

Une déshumanisation du regard posé sur l'immigration

Le constat de la Cimade est sans appel, "les quinquennats se suivent et se ressemblent " regrette Stéphane Dézalay, son président "pourtant avant de regarder les êtres comme des étrangers, il faut les regarder dans leur humanité".

Une posture qui est loin d'être évidente dans une société de plus en plus marquée par un racisme latent et sous-jacent selon l'association dans son recueil "Humain avant tout, prenons le parti de l'humanité". "On le voit bien avec la crise ukrainienne aujourd'hui, alors que l'on a les plus grandes difficultés à faire accueillir des étrangers et bien là nous ouvrons grand nos portes. Nous nous en réjouissons, mais c'est un révélateur".

 

 

Vers une politique européenne ?

La Cimade plaide pour un accueil international, organisé des migrants et des réfugiés fuyant la guerre et bientôt le changement climatique. "Le solde net de l'immigration, c'est 1 pour 1000 ce doit être gérable" explique Stéphane Dézalay qui demande à l'état d'organiser une politique réaliste et d'accorder davantage de visas.

Selon l'association, le refus de visa n'empêche pas un étranger de rester sur le sol français, mais seulement de se déplacer, de travailler, de prétendre aux bases du droit humain. "On a un glissement du droit qui est de moins en moins judiciaire, de plus en plus administratif. Il y a un tiers des personnes à qui on donne l'asile, c'est très stable : ça veut dire qu'il y a une gestion officieuse du nombre."

 

L'accueil, un geste qui tire vers le haut

Contrairement aux idées reçues, des études sont nombreuses à montrer que l'accueil permet aux résidents natifs d'obtenir des emplois plus qualifiés, d'augmenter leur pouvoir d'achat. A l'inverse, le refus massif de titre de séjours augmenterait le chômage national "parce qu'on interdit à des personnes compétentes de travailler" explique le président de la Cimade.

 

"Comment justifier que l'on rejette toute une partie de la population ? Il s'agit de citoyenneté ! Ce sont des délinquants aux yeux de la loi, est ce que c'est cela le rôle de la politique ? On fabrique des bombes sociales, c'est irresponsable, nous sommes la 7 ème puissance mondiale. Agissons aujourd'hui !" Stéphane Dezalay, président de la Cimade.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don