Accueil
Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des pays où la liberté religieuse n'est pas respectée

Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des pays où la liberté religieuse n'est pas respectée

Un article rédigé par Pauline de Torsiac, Odile Riffaud - RCF, le 23 juin 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'actu chrétienne Les violations à la liberté religieuse s'accentuent dans le monde

La liberté religieuse est de moins en moins respectée dans le monde. C'est ce que révèle un rapport publié ce jeudi 22 juin, qui fait état de 61 pays dans lesquels les citoyens sont persécutés et discriminés pour leur religion. Le rapport décrit un climat d'impunité favorisé par la guerre en Ukraine et la pandémie de Covid.

©Arnaud Chochon / Hans Lucas ©Arnaud Chochon / Hans Lucas

Tous les deux ans, l’Aide à l’Église en détresse (AED), publie son rapport sur la liberté religieuse. Selon cette fondation pontificale internationale, la situation s’est fortement dégradée depuis 2021. Dans 61 États, la liberté religieuse n'est pas respectée : cela concerne 62% de la population mondiale, toutes religions confondues. Et avec la pandémie de Covid et la guerre en Ukraine, les cas de persécution et de discrimination sont moins dénoncés sur la scène internationale et cela favorise un climat d’impunité inédit.

 

Dans 61 États, les citoyens sont persécutés ou discriminés pour des raisons religieuses

 

C'est une étude très approfondie qui est menée tous les deux ans sur le respect de la liberté de religion ou de conviction (LdRC) dans le monde. Intolérance, discrimination, persécution et génocide : ce sont les quatre catégories qui permettent de caractériser les violations de la liberté religieuse. Dans 61 États, soit un tiers des pays du monde, les citoyens subissent persécutions et discriminations. Cela représente 62% de la population mondiale, toutes religions confondues.

 

Le rapport de l'AED évoque les "agressions" contre la communauté juive en Occident en augmentation, depuis le confinement. "Les crimes de haine antisémites signalés dans les pays de l’OSCE sont passés de 582 en 2019 à 1 367 en 2021." Le rapport pointe également la "persécution accrue des musulmans" et cite le cas des Ouïghours en Chine. Il y a aussi des cas de persécution "y compris par d’autres musulmans" en Afghanistan ou au Pakistan. 

 

Persécution et discrimination des chrétiens

 

Les chrétiens représentent 32,3% de la population mondiale. Ils sont "persécutés" dans 28 pays, essentiellement d'Afrique et d'Asie, c'est-à-dire qu’ils risquent leur vie en raison de leur foi. Ainsi, au Nigéria, les chrétiens sont "particulièrement persécutés", décrit Benoît de Blanpré, le directeur de l’AED France, qui raconte : "Quand je suis arrivé au Nigéria, c’était le jour où l’ambassade américaine évacuait tous ses ressortissants parce qu’il y avait un risque majeur d’attentat terroriste, contre la population et envers les chrétiens." Il décrit la situation d'un évêque, qui vit, à l’est du Nigeria, "en permanence" sous la menace terroriste, au point d’être "entouré de gardes du corps, qui sont armés". "Dès qu’il se déplace il y a des voitures qui l’entourent, la route est tracée avant lui. Véritablement quand il quitte son évêché le matin, il ne sait pas s’il sera en vie le soir…"

 

Dans certains pays, s’ils ne risquent pas leur vie, les chrétiens sont "discriminés" : leurs droits ne sont pas respectés. On les empêche par exemple de pratiquer tel ou tel métier, d’accéder à telle ou telle formation pour des motifs religieux... Au Pakistan, par exemple, les chrétiens subissent une "oppression". "Les chrétiens me disent là-bas qu’ils sont considérés comme des citoyens de seconde classe, témoigne Benoît de Blanpré, ils me disent très souvent : Nous sommes traités comme des chiens !"

 

Les menaces : extrémisme religieux, régimes autoritaires et nationalisme ethno-religieux

 

Il existe différents types de menaces contre la liberté religieuse. Ainsi, en Afrique, "c’est le djihadisme dans la région du Sahel qui met les chrétiens en danger", précise Benoît de Blanpré. En Asie, ce sont des régimes autoritaires qui "violent les droits de l’homme en général et la liberté religieuse", comme en Corée du Nord ou en Chine. En Inde, il existe un nationaliste ethno-religieux selon lequel, "pour être pleinement citoyen du pays, il faut être de l’ethnie et de la religion majoritaires"

 

"En Amérique latine, il y a des régimes autoritaires qui détestent l’Église parce qu’elle dénonce la corruption le mensonge, le non-respect des personnes." Ainsi le Nicaragua, où récemment, les comptes bancaires de l'Église bloqués par les autorités. "C’est vrai qu’on a des informations compliquées. On en parle peu pour ne pas augmenter la pression sur l’Église qui est particulièrement menacée."

 

 

Dans beaucoup de pays, les personnes qui menacent les chrétiens ou qui les persécutent ne sont pas poursuivies

 

 

Le "silence assourdissant" de la communauté internationale : une indifférence ?

 

Il y a "une tendance profonde" qui "inquiète" les observateurs de l’AED : l’impunité des auteurs de violences : "Dans beaucoup de pays, les personnes qui menacent les chrétiens ou qui les persécutent ne sont pas poursuivies." 

 

Le silence de la communauté internationale est "assourdissant" et "inquiétant", dénonce le directeur de l'AED. Benoît de Blanpré observe à la fois "une forme d’indifférence, d’ignorance, de la question de la liberté religieuse". Mais souvent ce sont aussi "des enjeux économiques, diplomatiques, stratégiques qui font que parfois les pays occidentaux n’osent pas dénoncer des situations de non-respect de la liberté religieuse pour ne pas déséquilibrer des accords économiques ou politiques".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don