Accueil
Père François Euvé: "la question religieuse ne peut pas être limitée au domaine privé"
Partager

Père François Euvé: "la question religieuse ne peut pas être limitée au domaine privé"

RCF,  -  Modifié le 10 janvier 2017
La multiplication des sujets religieux dans la campagne pour l'élection présidentielle interpelle un grand nombre de croyants, et de non-croyants.

François Fillon, Valérie Boyer, Vincent Peillon, Benoît Hamon... Le début de campagne présidentielle est marqué par la multiplication des sujets religieux. François Ballarin est revenu sur ce phénomène, mardi 10 janvier, dans le Grand Invité, avec le rédacteur en chef de la revye Etudes, le père François Euvé.

Depuis la multiplication des petites phrases ayant pour sujet principal la religion, durant le début de la campagne électorale pour la présidentielle, beaucoup s'interrogent sur cette présence du fait religieux, dans le débat politique. Pour le père François Euvé, "la présence du fait religieux est antérieure. Les attentats de 2015 et 2016 ont mis au premier plan la question religieuse. Il y avait préalablement des débats autour du mariage pour tous en 2013. Bref on a une série d’événements qui mettent en première ligne le fait religieux, mais ce n’est pas étonnant que cela s’invite dans la campagne. Cela montre bien que la question religieuse ne peut pas être simplement cantonnée au domaine privée, qu’elle a un impact public."

Pour François Euvé, il est important toutefois de savoir ce que l’on met dans le mot religion. "Il y a aussi tous les discours sur l’identité de la France, l’identité nationale, les racines chrétiennes de la France qui viennent avec cela. Est-ce-qu’on entend par là quelques grands principes évangéliques comme la dignité de la personne ou est-ce-qu’on est plutôt sur un registre culturel, sur le plan des valeurs ?" ajoute-t-il.

Aujourd’hui, chaque camp, qu’il s’agisse de la droite ou de la gauche est en mesure de s’approprier certaines valeurs chrétiennes, en fonction de leur programme électoral. Et de fait, on constate par ailleurs que catholiques de droite et de gauche ne revendiquent pas les mêmes principes, pour mettre en avant leur appartenance au Christ. "On a connu dans les années 70 un courant assez fort de chrétiens de gauche qui mettaient en exergue les valeurs de justice et de solidarité. Ce courant est en reflux. C’est plutôt à droite qu’on verra sortir des valeurs chrétiennes, mais sur d’autres plans, comme la défense de la famille" analyse François Euvé.

Il n’en reste pas moins que la présence du fait religieux dans la campagne peut répondre à un besoin, une quête de sens exprimée par les Français. "Il y a effectivement le sentiment que la politique est une affaire de gestion immédiate, et qu’elle est en déficit de sens, de projet, de direction. La nécessité d’un horizon de transcendance est de plus en plus nécessaire, d’où l’expression du fait religieux pour donner du corps à cette transcendance" précise le rédacteur en chef de la revue Etudes.

Le père François Euvé revient pour finir sur le paradoxe des Français quant aux questions religieuses, avec d’un côté une attente sur ce sujet-là, et de l’autre une très grande crispation dès que l’on aborde le fait religieux dans le débat public.

 
 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don