Accueil
Olivier Pons: "les jeunes ont soif de sens"
Partager

Olivier Pons: "les jeunes ont soif de sens"

RCF,  -  Modifié le 2 mai 2018
​Comment donner à la jeunesse des raisons d’espérer, et de croire que transformer le monde, ce n’est pas de l’utopie ?
Edtions Salvator Edtions Salvator

Changer le monde. Pour beaucoup c’est de l’utopie. Pour certains, ce fut autrefois une réalité, mais l’âge et les épreuves de la vie venant, cette réalité s’est estompée. Pour Olivier Pons, c’est toujours bien réel. Et surtout possible. Ce dernier vient de publier "La Terre t’appartient. Lettre aux jeunes et aux chercheurs de sens" (éd. Salvator).
 

"Penser en transversal"

Olivier Pons est marié, père de six enfants. Ancien aventurier des mers, il a longtemps fait partie des Apprentis d’Auteuil avant de diriger une école de formation professionnelle à Valence. "Je crois profondément que les jeunes ont une intelligence transverse. Alors que nous avons parfois tendance à penser en silos. C’est très intéressant de penser en transversal. Je suis aussi intimement convaincu que nos cerveaux sont connectés. On doit l’utiliser de façon globale, de manière moins cartésienne" explique-t-il.

Olivier Pons a la responsabilité de lycéens et de jeunes étudiants. "Au lycée, 50 % de la conversation d’un jeune, c’est l’absolu : l’amour, l’amitié, les grands sujets de société. Ils ont soif de sens. On pose beaucoup aujourd’hui la question de combien de milliards pour les banlieues, moi je pose la question du comment" ajoute le directeur de l’école Monplaisir de Valence.
 

La création du monde

Dans son livre, Olivier Pons consacre une première partie à la voie de la connaissance, qui revient sur la création du monde. "En intervenant dans un cours, quand je parlais de ce sujet-là, cela les intéressait. Cela redonnait sens à ce qu’étaient les paroles de la Bible, et à la fois ils étaient intéressés par toutes les grandes découvertes scientifiques. Je pars toujours d’un sujet qui les intéresse pour ensuite écrire dessus" précise-t-il.

Dans cette partie, Olivier Pons revient sur l’importance capitale de l’eau, à la fois sur un plan environnemental, mais géopolitique. "Dans ma première partie de carrière, j’ai eu la chance de beaucoup naviguer et j’ai réalisé que l’eau, c’est les ¾ de la planète. Et c’est la même chose pour notre corps. Il n’y a pas plus nourricier, plus guérissant que l’eau. C’est aussi une énergie, et c’est sans doute la première molécule créée sur terre" analyse-t-il.
 

Ne pas négliger la relation

Dans la seconde partie du livre, Olivier Pons se penche sur la question de la relation. "Il ne faut pas seulement faire, il faut aussi être. La relation est aujourd’hui un peu négligée, alors qu’elle est primordiale sur l’action. Si je ne mets pas en relation les êtres, le monde s’arrête. Je crois vraiment que la mondialisation est une chance pour notre monde, c’est un signe que nous sommes de plus en plus en relation. Renouer des relations, cela peut passer par le service, l’oubli de soi. Si on sort un jeune de sa torpeur, il se remet en vie" conclut l'auteur.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don