Accueil
Les gilets jaunes pour Arnaud Mercier : un "climat pré-insurrectionnel"
Partager

Les gilets jaunes pour Arnaud Mercier : un "climat pré-insurrectionnel"

RCF,  -  Modifié le 4 décembre 2018
Sociologue et président de The Conversation France, Arnaud Mercier analyse la crise des gilets jaunes et l'attitude d'Emmanuel Macron.
Arnaud Mercier Arnaud Mercier

Selon Arnaud Mercier, si au début les protestations des gilets jaunes venaient suite à la hausse des carburants, aujourd’hui "les revendications vont dans tous les sens". Le sociologue ressent "un climat pré insurrectionnel, car on a constaté dans plusieurs villes de France car nous n’avons pas seulement affaire à des casseurs professionnels ou des pillards opportunistes, mais qu’un certain nombre de gilets jaunes sont dans une phase de radicalisation et commencent à trouver de bonnes raisons de passer à l’acte violent".

Une extrême colère

Il est encore tôt pour bénéficier d’enquêtes de terrain pour comprendre ce mouvement pour Arnaud Mercier donc il est difficile de cerner le profil type du gilet jaune. Mais il explique que l’on peut déjà peut constater un "large spectre politique" parmi les manifestants, et beaucoup de gens font partie des "abstentionnistes chroniques parce qu’ils ne croient plus du tout en les corps intermédiaires que sont les partis politiques et dans la capacité à agir des forces politiques". "Ils ne se sentent pas pris en compte par les élites, et cela a commencé bien avant la présidence d’Emmanuel Macron". lls font partie de "la petite classe moyenne, les perdants de la mondialisation", "des personnes qui ont l’impression de perdre leur capacité à vivre bien, qui ont peur de basculer dans la précarité, d’où cette extrême colère".

Les gilets jaunes considèrent que "les médias servent la soupe au gouvernement parce qu’ils mettraient beaucoup en scène les violences". "Il y a un profond mouvement d’exaspération, sentiment de ne pas être rendu visible dans ces souffrances et dans ces difficultés, donc les réseaux sociaux ont été utilisés par les gilets jaunes comme un contre espace public".

Un gros problème de communication

Arnaud Mercier rappelle que "Emmanuel Macron n’a pas remporté l’élection suite à une adhésion à son programme social libéral". "Il y a un gros problème de incommunication car les personnes considèrent que la politique d’Emmanuel Macron est injuste et qu’elle ne sert pas les intérêts des moins favorisés". Selon Arnaud Mercier il faudrait que Emmanuel Macron "cède" : "il faut commencer par céder sur la posture qui dit qu’il ne cèdera pas". "S’il avait cédé il y a 15 jours nous n’en serions pas là, et désormais les revendications vont dans tous les sens".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don