Accueil
Le Samu social lance une opération de crowdfunding pour les femmes de la rue
Partager

Le Samu social lance une opération de crowdfunding pour les femmes de la rue

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 1 juillet 2021
3 questions à Le Samu social lance une opération de crowdfunding pour les femmes de la rue
​Le Samu social de Paris lance une campagne de crowdfunding pour financer un centre d’hygiène et de bien-être pour les femmes de la rue, à Paris.
podcast image par défaut

A l’heure actuelle, seulement 10 % des usagers des bains-douches sont des femmes. Souvent par peur, elles refusent de s’y rendre à cause de la mixité de ces lieux.
 

On pourrait imaginer que pour une personne de la rue, la priorité n’est pas l’hygiène. On pense d’abord à la nourriture, et au logement. Pourtant, elle est importante. Pourquoi ?

"L’hygiène est importante pour une grande partie des personnes sans-abri, en particulier des femmes, car cette hygiène est une manière de garder l’estime de soi-même. Et c’est aussi une façon pour ces femmes de ne pas être identifiées comme des personnes sans-abri" explique Christine Laconde, directrice générale du Samu social de Paris.
 

Il y a une vraie problématique sociale pour les femmes de la rue…

"Les femmes sans-abri il y en avait très peu il y a dix ans. Cette progression du nombre de femmes sans-abri ne s’est pas accompagnée d’un développement des structures pour les accueillir. Et surtout elle ne s’est pas accompagnée de structures qui lui seraient réservées. Ces femmes ont peur. Leur parcours est souvent émaillé de violences. Vivre à la rue est très dangereux pour les femmes" ajoute la directrice du Samu social.
 

Le Samu social veut donc créer un site de douches municipales. En quoi cela consiste ?

"Ce site on l’imagine comme un lieu d’hygiène. C’est aussi un lieu où il y ait des prestations. Où l’on puisse travailler sur la santé, sur la prévention de certaines maladies. Que les femmes puissent y rencontrer des professionnels de la santé. Il faudrait aussi que l’on puisse s’y changer et donc qu’il y ait un vestiaire. Il faudrait enfin qu’il y ait une bagagerie pour que ces femmes puissent poser leurs affaires et aller faire des démarches sans avoir à porter ce bout de leur vie sur leur dos" conclut Christine Laconde.

Pour participer à l'opération de crowdfunding, cliquez ici

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don