L’agroécologie, une solution face à la sécheresse

Un article rédigé par Sabah Rahmani - RCF, le 27 juin 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Un jour, un geste - Agir pour l’écologie avec Kaizen L’agroécologie, solution face à la sécheresse
Partager

Sabah Rahmani, rédactrice en chef adjointe du magazine Kaizen nous parle de l'agroécologie, cette solution très efficace pour faire face au changement climatique, et particulièrement aux sécheresses.

© Yves Bernardi de Pixabay © Yves Bernardi de Pixabay

Il faut savoir que l’agriculture est la première consommatrice en eau dans le monde : à l'échelle mondiale 70% des prélèvements de l’eau sont dédiés à l'agriculture, et en France les estimations varient entre 45 et 70%. Loin des fausses solutions que les lobbys veulent imposer avec les méga bassines, il existe des techniques efficaces, prouvées par l’expérience et par la science : avec ce que l’on appelle l’agroécologie, la permaculture ou encore l’agroforesterie.

 

Leurs approches respectent l’ensemble des écosystèmes naturels tout en intégrant les dimensions économiques et sociales de la vie humaine. En terme d’économie d’eau, l’un des exemples les plus connus en France, est celui de l’agriculteur agronome Benoît Biteau, actuellement député européen, qui pratique la polyculture avec l’agroforesterie, alors que son père cultivait du maïs irrigué – très gourmand en eau. En convertissant son exploitation, il a réussi à économiser l’équivalent de la consommation en eau d’une ville de 7 000 habitants par an. Ce qui est énorme. Car selon les cas, la pratique agroécologique permet de multiplier de 5 à 20 fois la capacité de rétention en eau dans les sols. Grâce à l’agroécologie, la maraichère que j’ai rencontrée n’avait pas eu besoin d’arroser ses cultures depuis six mois.

 

Comment l'expliquer ?

 

La principale raison s’explique par la gestion du sol, puisque c’est le meilleur lieu pour stocker l’eau. Un sol cultivé en conventionnel a moins de capacité de rétention. Alors qu’avec un sol plus aéré et un couvert végétal grâce à la technique du paillage, la goutte d’eau va avoir un impact plus doux dans le sol. Un paillage chargé d’eau peut retenir 20 fois son poids en eau et générer plus d’humidité. L’arbre aussi est très important dans le cycle de l’eau. Avec la plantation d’arbres dans les cultures, on crée notamment un micro climat de fraîcheur.  

 

La micro-irrigation, et parfois l’installation d’ombrières en été, ou encore l’aménagement de son terrain en hydrologie régénérative sont autant de techniques utiles pour préserver notre ressource vitale. La planète bleue a soif, alors abreuvons la de solutions qui sont à portée de main.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don