Accueil
La guerre aussi un écocide
Partager

La guerre aussi un écocide

Un article rédigé par Bernadette Humeau - RCF Anjou, le 9 mars 2022  -  Modifié le 9 mars 2022
Maison commune La guerre aussi un écocide

Deux actualités cette semaine : le rapport du GIEC et … la guerre en Ukraine. Le rapport du GIEC pointe les risques de submersion de nos côtes tout près de chez nous, comme le déplacement de population qui ne peuvent plus vivre chez eux à cause du réchauffement climatique. 

© Bernadette Humeau © Bernadette Humeau

L’exode des populations est aussi systématique en temps de guerre, aujourd’hui l’Ukraine, hier la Syrie. Au drame des morts des conflits armés s’ajoute celui des vies chaotiques et blessés. Le drame de notre Maison commune est là.

La guerre, ce sont aussi les destructions et déplacements de population

A court terme : c’est la mort de nos frères humains. 

A court et moyen terme les déplacements de population. 

A long terme, les conflits armés entrainent aussi d’autres catastrophes aux conséquences environnementales qui affecteront longtemps la population : l’érosion des sols, la pollution des mers et des sols, les destructions de forêts.

La guerre du Vietnam et l’agent orange

Pendant la guerre du Vietnam, entre 1961 et 1971, l’armée américaine a déversé 83 millions de litres de défoliant pour tuer la flore et la faune et mettre à nu les territoires où pouvaient se cacher les indépendantistes. Cet agent dit orange contenait de la dioxine qui s’est infiltré dans les eaux et a impacté la santé de plusieurs générations : perturbateur endocrinien, cancérigène, etc…  On estime que 2 à 5 millions de Vietnamiens qui ont été directement exposés, sans compter les militaires américains et leurs alliés. C’est avec la guerre du Vietnam que le nom d’écocide est né.

La plus grand marée noire de l’humanité au Koweit 

Cette première guerre du Golfe est courte mais ses conséquences sont encore présentes. Elle débute le 2 août 1990 avec l’attaque de l’Irak de Sadam Hussein qui envahit le Koweit. Quand l’armée irakienne se retire du Koweit, en février 1991, elle va saboter une grande partie des puits de pétrole, le terminal pétrolier de Mina al Ahmadi et les pétroliers au mouillage, ce qui va causer la plus grande marée noire de l’histoire de l’humanité !

La moitié des coraux par exemple ont été endommagés tout comme les populations de tortues et d’oiseaux.

30 ans après les dommages sur la nature sont toujours là

La guerre en Syrie, guerre chimique 

Plus proche de nous, la guerre en Syrie, qui a débuté en 2011, avec la destruction de raffineries, de centrales électriques et l’utilisation par Baschar El Assad d’armes chimiques, a entrainé des conséquences pas encore évaluées à ce jour mais vraisemblablement très importantes.

Toute destruction d’immeubles répand des résidus nocifs dans l’air, l’eau et dans le sol ; les habitants en survie qui se réfugient dans les derniers espaces naturels, les dégradent sans compter les accumulations de déchets…

Le Protocole additionnel aux Conventions de Genève interdit les « maux superflus » … largement bafoué par l’armée russe 

L’article 35 du Protocole additionnel aux Conventions de Genève interdit l’usage de tout ce qui peut causer  « des maux superflus », ce qui veut dire des conséquences  négatives non nécessaires, et l’interdiction des  méthodes susceptibles de causer des dommages étendus, durables et graves à l’environnement naturel. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don