Accueil
JO de Paris : le "Revers de la médaille" réclame la création d'un fonds de solidarité

JO de Paris : le "Revers de la médaille" réclame la création d'un fonds de solidarité

Un article rédigé par L.D. avec la rédaction - RCF, le 16 février 2024  -  Modifié le 16 février 2024
Journal RCF Journal de 07h30 du vendredi 16 février

Ils veulent dénoncer l’envers du décor des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Derrière le faste de la cérémonie d’ouverture et la modernité des constructions, le collectif du Revers de la médaille alerte depuis plusieurs mois sur l'impact social d’un tel évènement. Reçus par le Comité d’organisation ce vendredi, les membres du collectif ont présenté leur mesure phare pour « un héritage social positif ».  

Photographie de Nicolas Adamy / Hans Lucas. Photographie de Nicolas Adamy / Hans Lucas.

Peinture sur le parvis du Sacré cœur, message projeté au laser sur l’Arc de Triomphe… Depuis plusieurs mois, le collectif du Revers de la médaille multiplie les actions choc pour rendre visibles les personnes invisibilisées par l’organisation des Jeux olympiques. Les 80 associations françaises et canadiennes membres du collectif s’inquiètent d’un « nettoyage social » dans la capitale, en raison des exclusions de personnes précaires, notamment les sans-abri, les migrants et les travailleuses du sexe. 

Pour un « héritage positif » des JO

Afin de lutter contre cette mise à l’écart, le collectif réclame à l’Etat, l’ouverture de 20.000 places d'hébergement d'urgence en France dont 7.000 en Ile de France. Or, la plupart de ces places sont disponibles dans des hôtels et donc réservées aux touristes.

Incertains d’obtenir gain de cause quant à cette demande, le collectif espère que le Cojo, le comité organisateur des Jeux, fera office de "vigie" et intercèdera auprès du gouvernement. « Le Cojo, ils ont un gros réseau, ils peuvent mettre plein de gens autour de la table et rassembler beaucoup d’argents pour la solidarité, afin qu’elle soit à la hauteur de l’évènement qui arrive », affirme Paul Alauzy, porte-parole du Revers de la médaille et membre de l’ONG Médecins du Monde. 

10 millions d’euros pour assurer la solidarité pendant les JO

Faute de pouvoir obtenir des garanties sur les hébergements, le collectif a présenté au COJO une autre « mesure phare » ce vendredi 16 février. Outre la volonté de voir « un engagement politique réel » de la part des organisateurs des JO, le collectif réclame la mise en place d’un fonds de solidarité de 10 millions d’euros. « Ce n’est pas grand-chose par rapport au budget total des JO qui est de 9 milliards d’euros, mais ce serait déjà énorme pour les associations », s’exclame Paul Alauzy. 

Avec de la volonté politique et de l’argent, on arrivera à relever un peu le pari des Jeux plus inclusifs

Concrètement, les associations pourraient bénéficier de ce fonds pour renforcer leurs actions auprès des personnes les plus fragiles, pendant toute la durée des Jeux olympiques et paralympiques. Ce serait pour des « mesures d’urgence, précise Paul Alauzy, par exemple, si on a besoin de ressources RH en plus parce qu’on manque de bénévoles, si on a besoin de louer des nouveaux véhicules, s’il faut racheter des stocks de nourriture ou des tickets de transport parce que les prix augmentent, on pourra le faire avec ce fonds », illustre-t-il.

Le collectif du Revers de la médaille en est sûr : ces mesures sont la seule solution pour que ces Jeux laissent une belle image ou plutôt un bel « héritage » derrière eux. « Avec de la volonté politique et de l’argent, on arrivera à relever un peu le pari des Jeux plus inclusifs », assure le porte-parole. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don