Accueil
Frère Jean-Pierre Schumacher inhumé en terre marocaine
Partager

Frère Jean-Pierre Schumacher inhumé en terre marocaine

RCF,  -  Modifié le 23 novembre 2021

C'est en terre marocaine qu'est inhumé ce mardi 23 novembre Frère Jean-Pierre Schumacher, le dernier survivant du massacre de Tibhirine, qui s'est éteint dimanche. Artisans du dialogue islamo-chrétien, les moines de Tibhirine ont offert par leur vie un témoignage de fidélité à une terre et à un peuple.
 

Frère Jean-Pierre Schumacher en mars 2012, au prieuré Notre-Dame de l'Atlas, à Midelt, Maroc ©Bruno ROTIVAL/CIRIC Frère Jean-Pierre Schumacher en mars 2012, au prieuré Notre-Dame de l'Atlas, à Midelt, Maroc ©Bruno ROTIVAL/CIRIC

La nuit du drame

Frère Jean-Pierre Schumacher était de ceux qui avaient échappé aux tueurs. Dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, quand il a vu des combattants faire irruption dans l'enceinte du monastère Notre-Dame de l'Atlas, à Tibhirine, Frère Jean-Pierre, qui était alors le portier du couvent, a eu le réflexe de se cacher. Il a raconté cette nui-là à journaliste Nicolas Ballet, auteur de "L’Esprit de Tibhirine" (éd. Seuil, 2012) : "Il s'est caché tout simplement, en pensant que ces gens-là allaient repartir..." Quand il est ressorti, deux ou trois heures après, "il s'est aperçu qu'il n'y avait plus personne, si ce n'est Amédée et un groupe de Français qui étaient là pour participer à un groupe de prière islamo-chrétienne".

 

Des personnes témoignent de la fraternité humaine en donnant leur vie et d'autres personnes témoignent de cette fraternité verbalement en perpétuant le souvenir de ce qui a été vécu...

 

"Pourquoi moi ?"

Après le drame, restait une question : "Pourquoi moi ?" Pourquoi Frère Jean-Pierre a-t-il réchappé au drame, avec Frère Amédée ? Il lui faudra du temps pour trouver une réponse. "Il a longtemps cherché l'explication à cette survie, à cette chance qu'il a eue de ne pas être emmené et tué", confie Nicolas Ballet. Et selon le journaliste, c'est une abbesse qui lui a dit un jour quelque chose comme : "Des personnes témoignent de la fraternité humaine en donnant leur vie et d'autres personnes témoignent de cette fraternité verbalement en perpétuant le souvenir de ce qui a été vécu..." Quatre ans après le drame, il s'était installé à Midelt, au Maroc, où il est devenu le prieur de la communauté de moines trappistes du monastère Notre-Dame de l’Atlas.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don