Accueil
Etats-Unis: l'ACAT France dénonce les conditions de détention dans les couloirs de la mort
Partager

Etats-Unis: l'ACAT France dénonce les conditions de détention dans les couloirs de la mort

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 28 juin 2021
3 questions à Etats-Unis: l'ACAT France dénonce les conditions de détention dans les couloirs de la mort
​Le dix octobre marque la seizième journée contre la peine de mort. Si 107 pays l’ont aboli, 84 l’ont toujours dans leur arsenal pénal.
podcast image par défaut

Sur ces 84 pays, 39 la prononcent encore et 23 procèdent à des exécutions. Aujourd’hui dans le monde, plus de 22.000 personnes sont enfermées dans les couloirs de la mort. Cette année, les abolitionnistes ont voulu attirer l’attention sur les conditions de détention de ces détenus. Focus sur les Etats-Unis avec Anne Boucher, de l’ACAT France.
 

Quelle est la vie quotidienne des personnes qui sont dans les couloirs de la mort aux Etats-Unis ?

"On peut dire que c’est pratiquement une double-peine qui leur est infligée car pour la plupart, ils sont détenus depuis de très longues années avant leur date d’exécution et dans des conditions particulièrement inhumaines. Ils sont présentés comme le pire du pire, et moins digne d’intérêt que des animaux dans bien des cas. Le principe de base appliqué pour ces détenus est l’isolement cellulaire permanent. Ils passent en moyenne de 22h à 23 heures seuls dans leur cellule. Ils prennent leurs repas seuls en cellule et n’ont pratiquement aucun contact physique même au moment du parloir. C’est vraiment tout un tas de mécanismes qui visent à les déshumaniser avec des conséquences très graves sur leur santé physique et mentale car cette absence de contact finit par causer des troubles tels que les dépressions, les envies suicidaires et des maladies mentales" explique Anne Boucher, membre de l'ACAT France.
 

Comment expliquer cette différence de traitement entre un détenu de droit commun et un condamné à mort ?

"On ne dit pas pour autant que les conditions de détention des autres détenus aux Etats-Unis sont admirables. Il y a bien d’autres difficultés. Mais c’est certainement aussi le jeu politique. La peine de mort est un argument assez fort auprès de l’opinion publique et des électeurs. On constate en fait que ces dernières années, il y a eu un principe de restriction de plus en plus fort à l’encontre de ces condamnés à mort" ajoute Anne Boucher.
 

Que peuvent faire les associations pour tenter d’infléchir cette situation ?

"L’une des principales choses que l’on fait depuis plus de vingt ans est de gérer un programme de correspondance avec des condamnés à mort aux Etats-Unis, qui nous en font la demande. Le principe est qu’on apporte un soutien moral à ces condamnés. On leur redonne une humanité. On montre qu’ils sont dignes d’intérêt. On contribue à les maintenir, à empêcher leur dégradation physique et mentale. Dans certains cas on a pu observer que cela les aidait pour faire appel de leur condamnation. Et c’est aussi pour nous une manière de maintenir une information sur ce qui se passe dans les couloirs de la mort" conclut cette membre de l'ACAT France.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission 3 questions à © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don