Accueil
Emmanuel Macron en "itinérance mémorielle" pour commémorer la Grande Guerre
Partager

Emmanuel Macron en "itinérance mémorielle" pour commémorer la Grande Guerre

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 1 juillet 2021
3 questions à Emmanuel Macron en itinérance mémorielle pour commémorer la Grande Guerre
​Pendant une semaine, Emmanuel Macron part en itinérance mémorielle pour célébrer le centenaire de la Grande Guerre.
podcast image par défaut

Le président de la République va se rendre dans seize lieux de mémoire de la Grande Guerre. Il a débuté hier son tour de France à Strasbourg. Elle s’achèvera dimanche à Paris au Forum de la Paix où sont invités 80 chefs d’État, dont celui de l’Arabie saoudite.

Quel est le sens de cette itinérance mémorielle ?

"C’est d’aller à la rencontre de ces gens qui se sont battus il y a un siècle et de recréer d’une certaine manière une cohésion à l’échelle nationale puisqu’on peut considérer que l’ensemble des familles du pays sont concernées. Il s’agit de recréer du lien avec les territoires et les personnes à un siècle d’intervalle" explique Elise Julien, spécialiste de la mémoire de la guerre en France et en Allemagne.
 

De nombreux documents sont ressortis à l’occasion de ces commémorations. Cela souligne l’importance du travail de mémoire ?

"Cela reflète en tout cas l’intérêt certain pour cette période. Ils ont émergé à l’occasion des grandes collectes organisées depuis le début du centenaire. Mais plus généralement, c’est surtout une quantité faramineuse d’initiatives prises aussi bien sur le plan pédagogique, culturel. On a vu naître à cette occasion 6.000 labellisations" ajoute Elise Julien.
 

Angela Merkel va ouvrir en fin de semaine le Forum de Paris sur la Paix. On imagine qu’outre-Rhin, ce temps de commémoration n’a pas la même couleur qu’en France ?

"Non et cela a des racines anciennes puisque la guerre s’est terminée en Allemagne par une défaite, qui intervenait dans une révolution, et donc elle n’a pas été commémorée de la même manière qu’en France et cela se ressent jusqu’à aujourd’hui. La mémoire de la guerre a été très clivée, très discutée en fonction du sens que l’on donnait au conflit, et à la valeur que l’on donnait au régime impérial. On n’a pas du tout la même physionomie de la mémoire" conclut l'historienne.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don