Accueil
De l'obligation...quand la maison brûle
Partager

De l'obligation...quand la maison brûle

RCF Anjou,  -  Modifié le 25 juin 2020
Maison commune De l'obligation...quand la maison brûle
2020, c’est déjà l’année extraordinaire : un confinement, des températures anormalement élevées dès cette première partie de l’année… et des actions qui tardent à se mettre en marche.
podcast image par défaut

Rapellons-nous la déclaration de Jacques Chirac à l’occasion du 4ème sommet de la terre à Johannesbourg en 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer, et nous refusons de l'admettre. L'humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La Terre et l'humanité sont en péril, et nous en sommes tous responsables. »
Vingt ans après nous en sommes toujours là.

Quand votre maison brûle, pensez-vous qu’il est acceptable que les pompiers n’arrivent que 20 mn après votre appel téléphonique alors que la caserne à est à 3 mn de votre maison ? Non ! 
Aujourd’hui en Sibérie, au delà du cercle polaire, enfin hier dans la journée mais sans doute aussi aujourd’hui, il a fait 38°. Les feux qui couvaient reprendre et l’été dernier là bas, c’est l’équivalent de la surface de la Belgique qui a brulé !
 Les records n’en finissent pas d’être battu et ici, chez nous, en France, dans les conseils municipaux, d’agglomération, régionaux, des ministres, dans notre conseils paroissiaux, on ne prend - toujours pas - la mesure du désastre annoncé. 
Le président de la République annonce 8 milliards pour l’industrie automobile puis 15 milliards pour l' industrie aéronautique à comparer aux 60 millions pour des coups de pouce pour se mettre au vélo. Et la convention citoyenne, la convention citoyenne dont on attendait beaucoup fait à la fois hurler certains quand il s’agit d’économiser pétrole et GES en réduisant la vitesse sur autoroute de 130 à 110 km/h et pleurer d’autres quand elle indique que je pourrais attendre 2040 pour mon appartement en location, qui est une passoire énergétique, soit isolé.
Halte à l’inaction ! Même ici en ce qui concerne l’accessibilité du centre diocésain, au pied du studio, il n’y en a que pour les voitures :  pas d’abri vélo, le chemin piéton débouche sur une place de stationnement. 

Et sur le diocèse d’Angers, l’initiative Eglise verte qui engage les communautés paroissiales dans un «  début" de démarche pour la transition écologique n’est reprise par deux paroisses, St Pierre Notre Dame à Cholet,  et St Lazare-Saint Nicolas à Angers avec Jean Paul Avrillon et son équipe.
Alors comment faire pour que chacun se sente concerné ? 
Le confinement nous a tous concerné, il n’y avait pas d’exception. On doit tous avoir réfléchi peu ou prou sur sa vie après. Dans le fond c’est de cette expérience «  obligé, obligatoire" que nous pouvons déceler une source d’espérance : quand les rues des centre-villes et autour des écoles seront piétonnes, il sera obligatoire de prendre ses jambes pour terminer son trajet. Quand les voyages en avion coûteront plus chers, il sera obligatoire d’économiser ses voyages, 
Quand on ne pourra plus planifier une réunion ou un stage à l’extérieur de l’aire urbaine sans indiquer son coût écologique, il deviendra obligatoire de remplir sa voiture ou d’y aller à vélo, ou de la relocaliser au plus proche. 
Et notre Europe. Là est peut être la source d’espérance la plus forte, ce sont les mesures que prend l’Europe. La présidente de la commission européenne, Ursula Von der Leyen, avec son plan de relance de 750 milliards d’Euros, engage les pays qui veulent en bénéficier de plan d’investissements et de réformes qui devront être compatible avec sa priorité, le Green Deal, La transition écologique. Autrement dit la carotte financière se traduira pour nous sur le terrain par des obligations. Qui seront vertus pour notre Maison Commune.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

© RCF Anjou
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Maison commune

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don