Accueil
Cinéma : le grand retour du commissaire Maigret
Partager

Cinéma : le grand retour du commissaire Maigret

Un article rédigé par Valérie de Marnhac - RCF, le 23 février 2022  -  Modifié le 23 février 2022

Cette semaine marque le grand retour au cinéma du commissaire Maigret, incarné cette fois-ci par Gérard Depardieu. Une plongée dans le Paris des années 50, filmée par le réalisateur Patrice Leconte.
 

Commissaire Maigret - Capture d'écran Commissaire Maigret - Capture d'écran

On retrouve avec beaucoup de plaisir l’ambiance des grands films noirs d’après-guerre, dans la veine des Clouzot, Duvivier, Carné. Avec ce Paris aux rues sombres et brumeuses, et à l’atmosphère étrange et inquiétante.

Maigret, c'était la silhouette de Jean Gabin

C’était la dernière apparition au cinéma du commissaire à la pipe. C’était dans la trilogie de Delannoy et de Grangier, sortie entre 1958 et 1963 ! et depuis… plus aucune apparition sur grand écran du célèbre enquêteur. 
Les 75 romans policiers écrits par George Simenon ont donné lieu à de nombreuses séries télévisées dont celle avec Jean Richard dans les années 70-80 puis plus récemment avec l’excellent Bruno Cremer qui passe encore régulièrement à la télévision. Mais il fallait un acteur de poids pour reprendre le flambeau !

Gérard Depardieu renfile le chapeau du commissaire Maigret

C’est un rôle à sa mesure. Il a la présence imposante du personnage, cette force massive qui avance à son rythme, il fonctionne plus à l’intuition, il s’intéresse à la psychologie des personnages. Le film est tiré de "Maigret et la jeune morte", un opus plutôt sombre, presque sépulcral. Et le crime c’est celui d’une jeune fille inconnue, retrouvée poignardée, et dont l’enquête va s’atteler à retrouver l’identité puis le parcours et l’histoire précédant sa mort.

Un Maigret assez intimiste

C’est un rôle tout en intériorité pour Depardieu. Le commissaire est hanté par la mort de cette fille, qui rejoint en réalité un pan de son histoire familiale. Les lecteurs assidus de la série savent que Maigret et sa femme ont perdu un enfant très jeune qui aurait ici l’âge de la victime. Et Gérard Depardieu apporte aussi par son histoire personnelle une dimension supplémentaire au personnage, de manière très pudique mais très émouvante !

Quand Leconte rejoint l'univers de Simenon

Leconte c’est un réalisateur très éclectique, qui n’a pas hésité à changer souvent de registre. Il est passé des Bronzés au Mari de la coiffeuse, en passant par les Spécialistes. Il s’était déjà essayé avec brio au film historique. Un de ses plus grands succès, c’était Ridicule, en 1996 avec Bernard Giraudeau. Il a aussi réalisé La veuve de Saint Pierrz, avec Juliette Binoche. Des personnages qui veulent rendre le monde meilleur, révéler des vérités cachées.

Et il rejoint parfaitement l’univers de Simenon qui est un grand explorateur de l’âme humaine. Les enquêtes de Maigret, ça va au-delà d’une énigme policière à résoudre. C’est une ambiance, une époque, une peinture assez cruelle de la société, une critique des mœurs bourgeoises, un peu à la Chabrol, et une sexualité souvent dévoyée.

L'accent mis sur les lumières

Un très beau travail sur les éclairages de la part du chef opérateur, Yves Angelo qui restitue très bien le pittoresque du Paris de ces années-là. Mais qui évite le côté artificiel et plombant de la reconstitution historique, quand elle passe par une surenchère de décors ou d’accessoires d’époque. Là il joue beaucoup plus sur les cadrages et la lumière et ca rend le film et l’histoire assez universel finalement !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don