Accueil
« Ce n'est pas une classe de jeunes en échec »
Partager

« Ce n'est pas une classe de jeunes en échec »

RCF Bordeaux, le 11 décembre 2023  -  Modifié le 8 janvier 2024
3 questions à (Gironde) Réhausser le niveau des élèves : "la prépa lycée" existe déjà au Mirail à Bordeaux

Parmi les mesures annoncées le 5 décembre 2023 par le ministre de l’éducation Gabriel Attal pour améliorer le niveau scolaire des élèves français, figure la mise en place d’une classe de prépa lycée. Elle est destinée aux élèves n’ayant pas le niveau suffisant à la fin de la 3ème pour intégrer le lycée. Cette classe, le lycée privé le Mirail à Bordeaux la propose déjà depuis plus de 35 ans…

L'accompagnement des élèves est une des clés de réussite pour les élèves de seconde aménagée L'accompagnement des élèves est une des clés de réussite pour les élèves de seconde aménagée

Au lycée privé Le Mirail, on l’appelait autrefois la « seconde prépa », aujourd’hui la classe de « seconde aménagée »... Aménagée pour les élèves de 3ème qui n’ont pas forcément le niveau pour aller en seconde mais dont les enseignants discernent néanmoins une capacité à faire des études longues. "Ce n'est pas une classe de jeunes en échec" , explique  le proviseur Gérard Coucharrière.

 C'est plus une classe de projection, de projets et d'avenir. Les jeunes qui sont là ont envie de rester au lycée, ont envie de travailler, donc il faut qu'ils s'y adaptent et on se sert vraiment de cette classe pour ça. Le fait d'être au lycée dans une démarche de lycéen et non plus dans une démarche de collégien fait que ça avance plus facilement.

La classe ne compte que 25 élèves, elle dispose d’aménagements de programmes et chaque professeur est tuteur de 2 ou 3 élèves. L’objectif du dispositif est d’aider l’élève à construire une confiance en soi, en l’institution scolaire et construire ou reconstruire aussi une posture d’apprenant, en insistant sur ses matières fortes.

Je pense que la proposition fonctionne parce que les élèves ne sont plus traités comme des enfants mais comme des adolescents. C'est une marche vers la maturité, c'est une marche vers l'état adulte. Ils ont réalisé le passage vers le lycée et pour y rester, pour continuer, ils se rendent bien compte que les exigences sont différentes. Certaines difficultés qu'ils avaient au collège disparaissent du fait de l'organisation du lycée en spécialité. L’élève ne conserve que ses matières fortes. 

Et ça fonctionne comme en témoigne Jules Desmett, 15 ans. Il est atteint de plusieurs troubles dys et de TDAH fort, c’est à dire avec troubles de l’attention. C’est la première fois qu’il est scolarisé en entrant dans cette classe.

Je trouve qu'il y a un très grand souci de la part des professeurs de vouloir bien faire, d'être compréhensifs envers les élèves. J'aimerais peut être continuer dans les études générales, soit pour faire pilote de chasse, soit continuer dans les études d'art pour être directeur artistique dans le cinéma ou quelque chose dans ce style là. 



Aujourd'hui, Jules se dit que c’est possible, malgré son parcours atypique.

 

Il y a des possibilités pour moi de rentrer en première. Je ne sais pas si je vais y arriver, mais en tout cas je vais faire de mon mieux pour réussir. 

A l’issue de cette classe, la majorité des élèves vont continuer dans la filière généraliste, soit en seconde soit en première. Les autres s’orienteront vers un bac professionnel.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don