Partager

Catalogne: "une indépendance virtuelle et invisible" pour Christophe Barret

RCF,  -  Modifié le 30 octobre 2017
Pour l'historien Christophe Barret, l’autoproclamation de l'indépendance de la Catalogne est "virtuelle et invisible", source de violences internes qui menacent l'équilibre de la région.
2017- Christophe Barret explique que l'indépendance de la Catalogne est invisible tant que la communauté internationale ne se prononce pas. 2017- Christophe Barret explique que l'indépendance de la Catalogne est invisible tant que la communauté internationale ne se prononce pas.

La proclamation de la République catalane vendredi 27 octobre a déclenché une vague de contestation dimanche dernier. L’équilibre de la région est incertain, voire menacé. Pour l’historien spécialiste de l’Espagne Christophe Barret, une réaction de la communauté internationale est à espérer.
 

Une république "virtuelle"

Les manifestations du 29 octobre ont rassemblé entre 300 000 et un million de Catalans pour exprimer leur mécontentement et leur attachement à l'Espagne. Une mobilisation qui pourrait laisser présager le pire dans les jours à venir, selon Christophe Barret.
 

"Il faut espérer que les pros et les antis ne se retrouvent pas face à face dans la rue."

Concrètement, les mesures suivant la déclaration de la République indépendante en Catalogne n'ont pas encore été appliquées. Le chantier est de taille: il faut prévoir la distribution de papiers actualisant le statut des citoyens catalans, la création d'une banque centrale, et l'adaptation du droit espagnol. Tant que ces motions ne seront pas en place, difficile d'imaginer la réalité de ce nouvel Etat. D'autant plus qu' "il n'y a pas de reconnaissance internationale", comme le souligne Christophe Barret. "Cette République auto-proclamée est donc assez virtuelle et invisible."

L'échec économique

A cet échec diplomatique, s'ajoute l'échec économique. Alors qu'elles représentent 40 % du PIB catalan, les entreprises implantées en Catalogne ont annoncé la délocalisation de leur siège social, "une délocalisation plus symbolique que réelle", analyse l'historien. "Mais ces deux échecs sont deux épines dans le pied des indépendantistes."

espérer la médiation européenne

Christophe Barret rappelle que le mouvement indépendantiste a été porté par un récit national fort, "beaucoup d’égoïsme économique et un mépris pour le reste de l’Espagne, comme l’Allemagne envers les Grecs." La situation en Catalogne aurait donc de quoi intéresser la communauté européenne.
 

"Toute la péninsule catalane est un laboratoire politique pour l'Europe"

"On ne sait pas comment cela peut s’arranger. Il faut une médiation." Médiateur en titre, le roi d'Espagne s'est peu exprimé pour le moment. Christophe Barret espère des "négociations européennes" qui pourraient être entamées. "On peut le souhaiter en tout cas."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

Faire un don