Accueil
Après le Mont-Blanc, le projet Ice Memory s'exporte en Bolivie
Partager

Après le Mont-Blanc, le projet Ice Memory s'exporte en Bolivie

Un article rédigé par Victor Vasseur - RCF Haute-Savoie,  -  Modifié le 7 juin 2017
Des scientifiques de l'Université de Grenoble sont dans les Andes, à plus de 6000 mètres d’altitude. Ils prélèvent des carottes de glace car ce sont "des livres d'histoire".
2017 D.R Fondation UGA, Patrick Ginot 2017 D.R Fondation UGA, Patrick Ginot

Jérôme Chappellaz est le coordinateur du projet à l’université de Grenoble. Il était L'Invité de la rédaction ce mercredi 7 juin 2017 à 7h22 (rediffusion à 12h07). 

Vous étiez sur le Mont-Blanc l’été dernier, rappelez-nous pourquoi ?

On est dans une situation de sauvegarder un patrimoine mondial, à savoir de la matière première : la glace des glaciers. Elle est en train de disparaître sous les effets du réchauffement climatique. Grâce aux carottes de glace, on peut étudier l’évolution du climat, l’évolution de l’environnement, et potentiellement, dans le futur, aider à des recherches médicales.
Cette matière première pourra servir aux générations futures de chercheurs avant qu’il ne soit trop tard. Le réchauffement climatique fait disparaitre ces glaciers.

 

Les glaciers sont des livres d’histoires ?

Exactement. Chaque couche de neige qui s’accumule année après année à la surface du glacier renferme des informations sur la composition de l’atmosphère, sur les conditions de températures, de précipitation.

Et par exemple, elles disent quoi ces carottes de glaces ?

C’est grâce aux carottes de glace que l’on a pu mettre en évidence le rôle fondamental joué par le gaz carbonique dans l’atmosphère sur l’évolution naturel du climat.

Cette fois, l’équipe est en Bolivie, sur la cordillère des Andes, vous forez à 6 300 mètres d’altitude ?

L’objectif dans ce glacier c'est de forer trois carottes de glace jusqu’au socle rocheux, ce qui représente environ 140 mètres de glace.Elles sont ensuite redescendues à dos d’homme car on ne peut pas se rendre par hélicoptère sur le site, c’est beaucoup trop haut. Ces carottes seront transportés par container maritime frigorifique jusqu’à Grenoble.

Après le massif du Mont Blanc et le glacier de l’Illimani dans les Andes, les scientifiques français iront au Mont Elbrouz à 5 600 mètres d’altitude dans le Caucase Russe. Vous pouvez réécouter l'intégralité de l'interview de Jérôme Chappellaz, coordinateur du projet Ice Memory à l’université de Grenoble, ci-après :

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don