Accueil
Aidant, un belgicisme !
Partager

Aidant, un belgicisme !

RCF,  -  Modifié le 5 octobre 2018
Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot qui fait l'actualité.
podcast image par défaut

Voilà un mot tout simple et magnifique, un participe présent qui a pris de l’ampleur, entré en français, il n’y a pas si longtemps comme on va le constater.

Le mot est attesté en 1968. une date qu’on retient à cause de son mois de mai entré dans l’histoire, quel que soit son point de vue, et c’est une date qui a vu naître aussi hors des conflit ce mot, aidant, de grande harmonie, un mot qui fait l’objet maintenant d’une journée nationale et internationale On compte de fait en France plus de huit millions de personnes considérées comme des « aidants » et c’est en 2010 à l’initiative du ministère des affaires sociales et de la santé qu’a donc été créée une Journée nationale des aidants, des aidants dont les tâches sont multiples auprès des personnes ayant perdu leur autonomie. Ces tâches vont de l’accompagnement chez le médecin aux aides plus spécifiques comme l’aide à l’alimentation.

C’est une œuvre magnifique de solidarité auprès des personnes en perte d’autonomie, en situation d’handicap. On le comprend aisément, c’est du verbe aider, du latin adjutare, aider, soulager, qu’est né, à partir du participe présent, en aidant, le mot désignant aujourd’hui dans nos dictionnaires la « personne qui aide, une personne dépendante, dans la vie quotidienne. » Le mot aidant désigne aussi depuis une décennie la personne qui porte assistance à un étranger, qui se trouve dans une situation irrégulière.

Lorsque le féminin est attesté pour la première fois au substantif, une aidante, c’est dans un Traité de sociologie à propos d’une étude portant sur les élections belges, où l’on distinguait quatre catégories dans la population : les patrons, les employés, les ouvriers et les aidantes ou aidants, qui correspondaient aux « membres de la famille aidant habituellement un membre de celle-ci dans son activité, sans recevoir de salaire à ce titre ». Il s’agissait principalement « des femmes et enfants d’agriculteurs et de commerçants, eux-mêmes classés comme patrons ». En fait, « aidant » est un belgicisme, qui a gagné toute la francophonie. Hommage aux aidants. Au Québec, s’agissant de la famille, on évoque les aidants naturels. Soyons tous des aidants ! Le monde sera moins raide, « raide », c’est la vilaine anagramme du verbe « aider ».
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don