Accueil
A l'école Dacier à Angers, "une ambiance curieuse mais studieuse" pour les enfants de soignants
Partager

A l'école Dacier à Angers, "une ambiance curieuse mais studieuse" pour les enfants de soignants

Un article rédigé par Marion Bastit - RCF Anjou - RCF Anjou,  -  Modifié le 23 mars 2020
A Angers, l'école Dacier accueille une dizaine d'enfants de soignants pour que les parents puissent travailler. Sens de circulation dans le hall, stylos désinfectés... le directeur raconte.
Raphaël Eon - A l'école Dacier à Angers, qui accueille des enfants de soignants, les enseignants ont fait un sens de circulation dans le hall pour respecter les distances de sécurité. Raphaël Eon - A l'école Dacier à Angers, qui accueille des enfants de soignants, les enseignants ont fait un sens de circulation dans le hall pour respecter les distances de sécurité.

Depuis lundi 16 mars, les écoles sont fermées, sauf celles qui accueillent les enfants des soignants, pour que leurs parents puissent continuer à travailler.

C’est le cas de l’école Dacier, qui est à deux pas du CHU d’Angers. Elle accueille une dizaine d’enfants de maternelle et de primaire, du lundi au vendredi, sur les horaires de classe.

Enseignants volontaires

Trois enseignants se sont portés volontaires pour faire cours à ces élèves, venus de différentes écoles. Répartis en trois groupes par tranche d’âge, les enfants continuent donc d’apprendre.

Pour limiter les risques de contagion, d’autant que leurs parents côtoient des malades tous les jours, l’école Dacier a dû prendre des précautions.

Sens de circulation

« Pour l’accueil des parents, le matin, on a des lingettes pour désinfecter les stylos et la table », raconte Raphaël Eon, le directeur de l’école.

« On a utilisé des panneaux d’apprentissage du Code de la route pour faire un sens de circulation dans le hall, histoire de respecter les distances de sécurité. »

Désinfection des salles

Les élèves n’occupent qu’une partie des locaux. « On a trois salles de classe qui sont réservées, et qui sont nettoyées et désinfectées chaque matin par les services municipaux », explique le directeur.

« Chaque élève est seul à une table, et on essaie de faire en sorte d’éviter les contacts, mais ça reste un peu compliqué, notamment pour les plus jeunes », confie-t-il.

Jeu sans contact à la récré

« Ce sont des récréations un peu spéciales, il faut jouer loin les uns des autres… C’est une ambiance curieuse mais studieuse. »

« On poursuit l’apprentissage des gestes barrières, entamé ces dernières semaines, parce que ces gestes ne sont pas toujours acquis, notamment chez les élèves de maternelle », constate Raphaël Eon.
Ecouter l'interview de Raphaël Eon :  « On a tous un peu peur de ce qui nous arrive, mais on est tous très fiers d’être là pour aider les personnes qui peuvent contribuer à soigner tout le monde », conclut le directeur.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don