Accueil
A plus d'un titre
RCF

A plus d'un titre

Emission présentée par Jean-Claude DUVERGER, Anne-Marie VERGNON

Magazine littéraire en lien avec l'association de promotion de la lecture "Lire à Saint-Étienne".

Partager
S'abonner

Episodes

  • ©rcf42.fr

    Jacqueline Lefort "La rivière écarlate"

    30 octobre 2021
    En partenariat avec Lire à Saint-Etienne
    Après "La Disparue du Calvaire" et "D'Ambre et de lumière", Jacqueline Lefort revient avec "La Rivière écarlate" confirmant son talent pour raconter des histoires de famille avec les secrets et les passions qui les traversent. Une émission de Jean Claude Duverger et Jacques Plaine
  • ©rcf42.fr/Louis Reynard pour Lire à Saint Étienne

    "Charleston blues" Philippe Lemaire

    13 avril 2024
    En partenariat avec Lire à Saint-Etienne

     

    Philippe Lemaire
    " Charleston blues "
     (De Borée)

    Pour Théo, fils d'un modeste bourrelier, l'image de la liberté est associée à celle de Joss, jeune femme capricieuse et espiègle, héritière du groupe sucrier Roux-Duval.
    À ses côtés, Théo vivra les plus belles années de sa vie, emporté dans le tourbillon des Années folles où des héros hagards et blêmes s'étourdissent dans une fête perpétuelle sur les premiers rythmes de jazz. Des fêtes où la vie se consume la nuit dans des débordements d'ivresse et l'affolement des corps.

    La chronique de Jacques Plaine

    PHILIPPE LEMAIRE Charleston Blues De Borée Grand reporter à France 3, auteur de chansons et réalisateur de films documentaires, Philippe Lemaire écrit avec « Charleston Blues » son vingt et unième roman. C’est une histoire qui avait mal commencé. Une première fois le jour de la fête au village. Il avait dix ans et fou amoureux s’était élancé à l’assaut du mât de cocagne, avait grimpé comme un singe et tout là-haut avait décroché un paquet « enveloppé dans un papier d’un rouge éclatant ». Puis redescendu s’était précipité pour le lui offrir. « Qu’est-ce que tu veux que je fasse de ça ? » lui avait-elle craché. Pétrifié il avait conservé le petit cadeau sur son cœur. Aujourd’hui, dix ans plus tard c’est elle qui débarque. Au volant d’une Bugatti blanche et lui crie sans même descendre de voiture : Monte ! Et l’embarque illico devinez où ? À Deauville. Et pour quoi faire ? Pour servir « de leurre ». Oui un leurre destiné à aiguiser la jalousie d’un autre. Lui c’est Pierre, le fils du bourrelier. Un ch’ti gars qui avec ses oreilles en chou-fleur ira de naufrage en naufrage. Elle c’est Joss, l’héritière du plus grand groupe sucrier de là-haut. La plus foldingue des évaporées. La plus imprévisible des dissipées de la jarretelle. Cette histoire c’est celle d’une pêche au vif. D’une pêcheuse qui manie la canne par un bout alors que le poisson frétille tout là-bas à l’autre bout. Mais entre pêcheur et vif peut-il y avoir une vraie histoire d’amour ? C’est dans le Paris des années folles que Joss et Pierre vivront la suite de ce délire. Danseront le fox-trot au Dôme et à la Rotonde et le charleston au Bœuf sur le toit. S’extasieront sur les Hispano-Suiza et les De Dion-Bouton et sillonneront Montmartre et Montparnasse en Bugatti. Joss ouvrira une galerie avec accrochés aux cimaises les dessins de Foujita et les solarisations de Man Ray et accueillera Pablo Picasso et Blaise Cendras à l’inauguration. Pierre sera employé de librairie chez Adrienne Monnier et Sylvia Beach. Il y croisera Gide, Cocteau et Radiguet et parlera Espagne, fiesta, courses de taureaux et corridas avec Hemingway à la Closerie des Lilas. Et l’amour dans tout ça ? « L’amour est une planche de fakir hérissée de vrais clous » commentera Pierre. Pierre qui en connaissait un rayon en instruments de torture.

  • ©rcf42.fr/Louis Reynard pour Lire à Saint Étienne

    Hélène Legrais " La ballade d'Amélie"

    6 avril 2024
    En partenariat avec Lire à Saint-Etienne

     

    Hélène Legrais
    " La ballade d'Amélie "
     (Calmann-Lévy)

    Chanteuse lyrique, Amélie a renoncé à une carrière internationale pour élever seule sa fille. Tout en enseignant le chant au conservatoire de Perpignan, elle ne s'est plus produite que dans les concerts et les festivals de sa région au point de devenir une véritable diva locale. Sollicitée de toute part, ne sachant pas dire non, elle se consacre sans compter à son métier…
    Jusqu'au jour où, victime d'un burn-out, elle perd sa voix.
    Qu'advient-il de nous quand nous perdons ce qui nous définit ?
    À sa grande surprise, Amélie découvre qu'elle n'est pas qu'une voix. Elle réapprend à vivre sans le stress, la pression, la fatigue.
    Elle aime cette nouvelle femme qui naît, mais redoute de décevoir tous ceux qui attendent avec impatience son grand retour.

    La chronique de Jacques Plaine

    HÉLÈNE LEGRAIS La Ballade d’Amélie Calmann Lévy Née à Perpignan, chroniqueuse sur France Bleue, Hélène Legrais a travaillé à France Inter et à Europe 1, avant de retourner dans sa Catalogne natale pour se consacrer à l’écriture. En 2012 elle a reçu le Prix « Méditerranée Roussillon ». Si un beau matin vous vous réveillez avec la gueule de bois, vous savez pourquoi. Mais si vous vous réveillez avec une extinction de voix, c’est une autre affaire. Amélie, elle, dans son lit à baldaquin et au pied du Canigou s’est réveillée sans voix du tout. Même pas le plus petit filet. Un petit filet qui aurait filé sans filet et sans prévenir au fin fond de son arrière gorge. Non ! « C’était bien la première fois de sa vie que sa voix ne « sortait » pas». Perdre sa voix - seul au milieu de l’Atlantique - quand on est marin de la Route du Rhum, passe encore, mais quand on est chanteuse lyrique adulée de toute la Catalogne et bien au-delà, l’affaire prend une tout autre importance. Une affaire à vous mettre le moral en berne, à zéro voire à moins quinze. Une affaire qui avait fait dire au phoniatre d’Amélie qu’il n’y avait rien à faire, que tout était dans sa tête, rien que dans sa tête : « votre cerveau a essayé de vous alerter…mais comme vous avez ignoré tous les signaux d’alarme, il a décidé de vous obliger à vous arrêter ». L’homme qui murmurait à l’oreille des cordes vocales avait même ajouté que c’était du surmenage, de l’épuisement professionnel, du stress, en un mot qu’elle était victime d’un « burn-out ». Et face à ce mot qui décoiffe et qui dérange on fait quoi ? On arrête de tirer sur la corde – vocale bien entendu - et on attend la suite. « Dans quelques semaines, je vous le promets, vous allez retrouver votre magnifique voix ». C’est alors que s’enchaîneront quatre évènements à vous faire tourner la carte, la Michelin, la vitale et celle du tendre bien entendu. Un, elle se cassera le coude « Aïe ! Aïe ! Aïe ! ». Deux, elle trouvera la carte d’identité d’une belle brune, tout le monde ne peut pas être blonde. Trois, elle embarquera dans un TUB Citroën des années 30 et quatre, Titine – devinez qui est Titine - se fera un joint. Le tout donnant le « la » d’une sacrée ballade. Avec un ou deux « l » à vous de voir mon capitaine.  04 77 25 09 64 –  04 77 21 35 7

  • ©rcf42.fr/Louis Reynard pour Lire à Saint Étienne

    "La vérité n'aura pas lieu" Frédéric Viguier

    30 mars 2024
    En partenariat avec Lire à Saint-Etienne

     

    Frédéric Viguier
    " La vérité n'aura pas lieu "
     (Plon)

    " Gisèle Chabaud était la première lectrice qui me sollicitait dans le but d'écrire son histoire. Celle du suicide de son fils, un père de famille soupçonné d'abus sexuels sur mineure. Elle avait lu l'un de mes romans et voulait réhabiliter l'honneur de son fils. Intrigué par la personnalité de cette femme, curieux de pénétrer l'intimité de cette famille, j'acceptai.
    Puis le doute… Cherchait-elle à orienter mon jugement ? Plus j'avançais dans cette histoire, lisant les procès-verbaux et le journal de sa femme, plus Sylvain Chabaud me paraissait secret, énigmatique."
    Mais était-ce bien là l'enjeu de ce drame ?

    La chronique de Jacques Plaine

    FRÉDÉRIC VIGUIER La vérité n’aura pas lieu Plon Metteur en scène de théâtre et auteur Frédéric Viguier a été prix Exbrayat 2017 avec « Aveu de faiblesse » puis prix Exbrayat des Lycéens avec le même livre. Après qu’on a retrouvé son fils - la gorge tranchée - au pied de sa voiture, Gisèle Chabaud écrit à Frédéric Viguier : « Je sais que ma haine ne sera jamais rassasiée, alors pour ne pas devenir complètement folle, j’ai décidé de faire appel à vous… ». À vous Frédéric Viguier l’auteur d’Aveu de faiblesse. Aveu de faiblesse un roman dans lequel un garçon de dixsept ans présenté comme la crème des braves types se révèle le pire des salopards. Sylvain, lui, le fils de Gisèle Chabaud, est un adulte de quarante-cinq ans qui s’est suicidé suite à une dénonciation calomnieuse. Que veut Gisèle Chabaud ? Ni plus ni moins que Frédéric Viguier dans un roman comme il sait les écrire fasse de son fils un héros. Un héros « coupable seulement de trop de faiblesse ». Et comme Frédéric Viguier hésite à sauter le pas elle lui propose de sortir le carnet de chèques. Et s’engage sous contrat à lui verser « dix fois ce que lui ont rapporté la vente de ses deux romans ». Il y a des propositions qui ne se refusent pas. Ou tout au moins qu’on ne balance pas à la poubelle sans en avoir soulevé le couvercle. Et tout en déniant être « un porte plume » ou ce qu’on appelait il n’y a pas si longtemps « un nègre » Frédéric Viguier demande à voir. Malgré les réticences de Gisèle Chabaud il va rencontrer des personnes proches du dossier, étudier les documents de gendarmerie, lire le texte que dans un premier temps Gisèle Chabaud avait elle-même envisagé de publier et découvrir ainsi que la vie de Sylvain était un roman. Un vrai roman. Un roman noir ? A l’eau de rose ? Un roman en tous cas avec plus d’ombres que de lumières, plus de non-dits que de belles paroles, avec une vie professionnelle qui met l’artiste cinq jours sur sept très loin des siens. Un roman parsemé des petits mensonges sans importance mais mensonges quand même. Un ensemble de petits riens qui dans un petit village ne peut que mettre en marche la grosse rumeur. Et on peut faire un très bon livre de la grosse rumeur. Surtout quand celui qui l’a déclenchée est retrouvé la gorge tranchée au pied de sa voiture.