Accueil
"Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste" (Mt 23, 23-26)
Partager

"Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste" (Mt 23, 23-26)

Un article rédigé par Père Arnaud Alibert (50463) - RCF, le 23 août 2022  -  Modifié le 23 août 2022
Prière du matin "Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste" (Mt 23, 23-26)

"Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste"

Méditation de l'évangile (Mt 23, 23-26) par le père Arnaud Alibert

Chant final: "En Jésus seul" par Hélène GOUSSEBAYLE

David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait :
    « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites,
parce que vous payez la dîme
sur la menthe, le fenouil et le cumin,
mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi :
la justice, la miséricorde et la fidélité.
Voilà ce qu’il fallait pratiquer
sans négliger le reste.
    Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron,
et vous avalez le chameau !

    Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites,
parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette,
mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance !
    Pharisien aveugle, purifie d’abord l’intérieur de la coupe,
afin que l’extérieur aussi devienne pur. »

Source : AELF

Méditation  Père Arnaud Alibert

La première phrase de ce passage éclaire tout le texte d’aujourd’hui, comme celui d’hier. Elle comporte ce constat désolé de Dieu devant le spectacle des hommes : « vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi ».

Le pire de la loi c’est le règlement impératif, c’est le formulaire Cerfa que nous retrouvons dans nos démarches administratives, un formulaire qui attend une réponse Oui/ Non ou combien ? ou quand ? Bien pratique dans nos sociétés complexes ! Mais en matière de religion et de foi, ce fonctionnement stérilise la liberté intérieure et partant rend improbable sinon impossible toute démarche de foi.

Retenons que le plus important réside dans les trois points essentiels rappelés par Jésus : la justice, la miséricorde et la fidélité.

La justice. Un peu plus loin, au chapitre 24, verset 12, Jésus dira que l’injustice refroidit l’amour du plus grand nombre. Oui, cherchons la justice car elle nous aide à aimer.

La miséricorde. Car les épreuves ne manquent pas, qui nous font tomber ou font tomber autrui. La miséricorde nous aide à nous remettre debout, à l’écoute et au service.

Enfin, la fidélité, qui sous la plume de Matthieu signifie ici  la fidélité aux prescriptions les plus fondamentales de la Loi, à savoir les 2 commandements rappelés par Jésus un peu plus haut au chapitre 22, aimer Dieu et aimer son prochain.

Chers amis, comprenons ce que Jésus veut dire aux pharisiens. Il ne leur veut pas du mal mais du bien. En les reprenant sur leur petits trucs et petits TOC, il les blesse peut-être dans leur orgueil ou leur volonté de perfection, mais c’est un mal pour un bien ; il veut les libérer de tout ce qui parasite leur faculté à croire et à espérer. Ce message est sans doute d’actualité pour nous aujourd’hui. Même s’il nous bouscule, écoutons-le. Alors nous entendrons sans doute derrière les lamentations de Jésus sur les scribes des bénédictions et des béatitudes pour les disciples que nous voulons être.

Bonne journée à la suite du Christ.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don