Accueil
Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître" (Mc 13, 33-37
Partager

Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître" (Mc 13, 33-37

Un article rédigé par Nicolas de Boccard (50553) - RCF, le 3 décembre 2023  -  Modifié le 3 décembre 2023
Prière du matin "Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître" (Mc 13, 33-37)

"Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison"

 

Méditation de l'évangile (Mc 13, 33-37) par le père Nicolas de Boccard

 

Chant final: "Veillez et priez" par l'ensemble vocal ALLIANCE

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Prenez garde, restez éveillés :
car vous ne savez pas
quand ce sera le moment.
C’est comme un homme parti en voyage :
en quittant sa maison,
il a donné tout pouvoir à ses serviteurs,
fixé à chacun son travail,
et demandé au portier de veiller.
Veillez donc,
car vous ne savez pas
quand vient le maître de la maison,
le soir ou à minuit,
au chant du coq ou le matin ;
s’il arrive à l’improviste,
il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous :
Veillez ! »

Source : AELF

Méditation Père Nicolas de Boccard

Le temps de l’Avent est un temps d’attente, de veille, de préparation. On attend quoi

... ? Une Bonne Nouvelle. Prendre du recul, recevoir une nouvelle qui vient de plus loin

que nous, de notre histoire, de nos origines. Faire silence pour recevoir la nouvelle : une

Bonne Nouvelle, alors que nous sommes gorgés, emplis, imbibés de mauvaises nouvelles:

guerre, crise, fracture... et que les textes de ce jour nous parlent de la fin des temps et du

retour du Christ, comme celui d’un maître de maison qui l’a confiée à ses serviteurs ! C’est

justement parce qu’il y a une fin, que les luttes et les combats ont un sens. Notre monde et

notre vie ne sont pas éternels et un jour tout s’arrêtera – mais nous n’en sommes guère

convaincus ! Et pourtant les évènements que nous vivons doivent nous réveiller : notre

monde – ainsi que chacun d’entre nous – est faillible et passager ! Croire au retour du

Christ, c’est d’abord nier que le monde trouve sa plénitude au sein de l’histoire et être

persuadé que l’avenir de l’homme est en Jésus-Christ, mort et ressuscité. Ce monde est

absurde s’il n’est pas dépassé par cette Bonne Nouvelle du salut, comme un au-delà de son

histoire.

Nous sommes aimés d’une manière extraordinaire par Dieu. Nous le savons, mais au

fond nous ne le croyons pas vraiment, pas assez pour nous laisser toucher, rejoindre,

transformer, convaincre. Peut-être ne sommes-nous suffisamment pauvres. Dieu ne peut

passer que par nos blessures, nos failles, nos limites. En latin, prière et précarité ont la

même racine : le cri vers Dieu vient du cœur de l’homme blessé. Il nous faut veiller,

attendre – veiller à la même racine en hébreu que l’amandier, cet arbre qui fleurit le

premier à la fin de l’hiver et annonce le printemps. Veiller, c’est aussi annoncer, devancer,

comme l’amandier en fleur. Aussi veiller n'est pas une attitude passive, comme lorsqu'on

attend le bus ou un train : « Qu’il ne nous trouve pas endormis ! » dira Jésus. Jésus ne nous

demande pas de l’attendre non plus en regardant les signes extérieurs sagement assis chez

soi, mais en préparant son Règne.

C’est dans la nuit qu’il est bon de croire en la lumière. Alors l’Avent, notre attente, aura

vraiment tout son sens.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don