Accueil
Vade retro Satana ! Dans le mystérieux quotidien des prêtres exorcistes
Partager

Vade retro Satana ! Dans le mystérieux quotidien des prêtres exorcistes

Un article rédigé par Melchior Gormand, Mélissa Leclerc - RCF,  -  Modifié le 9 novembre 2021
Je pense donc j'agis Vade retro Satana ! Dans le mystérieux quotidien des prêtres exorcistes

En France, plus d'une centaine de prêtres exorcistes ont été nommés par les diocèses pour faire face à une demande de plus en plus importante. À quoi ressemble le quotidien de ces prêtres, qui sont souvent confrontées à des témoignages bouleversants ?

© Alyibel Colmenares de Pixabay © Alyibel Colmenares de Pixabay

Quelle(s) définition(s) de l'exorcisme ?

L’exorcisme est souvent associé à un rituel aussi effrayant que mystérieux. Pour Emmanuel Faure, exorciste du diocèse de Belley-Ars, il s’agit plutôt "d’un ministère de consolation qui vient faire percevoir la tendresse de dieu, éclairer le chemin et encourager". Jean-Pascal Duloisy, exorciste pour le diocèse de Paris ajoute que cette pratique "aide les gens à chasser le brouillard qui les fait perdre le chemin du ciel à cause du démon qui est un embrouilleur". 

 

Exorciste, un mystérieux ministère 


Le quotidien des prêtres exorcistes est admiré, voire mystifié, souvent à cause de nombreux clichés et idées reçues. Emmanuel Faure considère qu'il "reste un homme. Tout prêtre ne peut pas vivre cela. Je crois que le seigneur donne des grâces […] qui me préservent car lorsque j’avais entendu des choses assez horribles, je me sentais apaisé, on ne peut pas ne pas être sensibles à cette souffrance". Les prêtres exorcistes peuvent être d'une aide importante pour certains diocésains en détresse. Mais pour Jean-Pascal Duloisy "on ne doit pas devenir des super-héros ou des guérisseurs. Je n’ai pas de pouvoir. C’est le christ qui l’a, et je n’ai que la prière". 

 

Combattre le mal


Affronter et combattre le "malin" reste la raison principale pour laquelle les exorcistes sont appelés. Marie, une auditrice, témoigne et met en garde : "il faut faire attention à cette banalisation du mal qui est réelle". C’est au cœur du travail des exorcistes comme le souligne Jean-Pascal Duloisy : "il y a victoire du mal quand il est banalisé. Si on croit en la prière, on sait que le démon est un perdant et qu’il ne l’emportera pas".  "Les personnes viennent pour un discernement et un combat spirituel. Mettez Jésus dans votre vie et la paix sera là" conclu Emmanuel Faure.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don