Accueil
"Un prophète n’est méprisé que dans son pays" (Mc 6, 1-6)
Partager

"Un prophète n’est méprisé que dans son pays" (Mc 6, 1-6)

Un article rédigé par Pasteur Nicole Fabre (50629) - RCF, le 31 janvier 2024  -  Modifié le 31 janvier 2024
Prière du matin "Un prophète n’est méprisé que dans son pays" (Mc 6, 1-6)

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays »

 

Méditation de l'évangile (Mc 6, 1-6) par le Pasteur Nicole Fabre

 

Chant final : "C'est toi ma lampe, Seigneur" par la Communauté de Taizé

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus se rendit dans son lieu d’origine,
et ses disciples le suivirent.
    Le jour du sabbat,
il se mit à enseigner dans la synagogue.
De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
« D’où cela lui vient-il ?
Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée,
et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
    N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie,
et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
    Jésus leur disait :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays,
sa parenté et sa maison. »
    Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ;
il guérit seulement quelques malades
en leur imposant les mains.
    Et il s’étonna de leur manque de foi.
Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Source : AELF

Méditation  Pasteur Nicole Fabre

Le mépris. Le mépris fait des dégâts profonds. Il disqualifie l’autre, sans lui donner aucune chance. Jésus fait entendre ce mot de mépris pour qualifier le regard de ceux de Nazareth. Et que ce soit le jour du sabbat ne change rien à l’affaire. Pourquoi méprisent-ils ainsi Jésus ? Quelque chose les questionne, profondément. Ils savent, eux, qui est Jésus. Depuis toujours ils le connaissent. Ils cessent donc leur questionnement, et sont littéralement scandalisés. En quoi cela peut-il nous concerner, nous ? Je m’adresse là particulièrement aux auditeurs qui connaissent Jésus depuis leur plus petite enfance. Un peu comme les gens de Nazareth. N’avons-nous jamais de réactions scandalisées quand d’autres nous choquent par leur façon de parler de lui, ou d’agir en son nom ? Connaissez-vous l’expression : « les gardiens du temple » ? Ceux et celles qui réagissent dès que cela ne correspond plus à ce qu’ils savent, eux ? Il est évident que l’on ne peut pas laisser faire ou dire tout. Mais qu’est-ce qui nous fait réagir ? Notre savoir, qui empêche toute ouverture, ou cette parole de Jésus qui parle d’un prophète. Sommes-nous si sûrs que telle parole, tel geste qui nous scandalise n’est pas une parole par laquelle Dieu lui-même nous appelle à le découvrir sous un jour nouveau, à découvrir l’autre sous un jour nouveau ? Alors, osons ne pas rejeter ce qui nous questionne. Osons attendre de Dieu qu’il nous fasse faire un chemin pour entendre autrement, pour discerner en vérité. Oui, le mépris tue. Jésus en a fait les frais. Apprenons à lui remettre nos jugements. Apprenons à laisser sa parole faire son chemin en nous et entre nous.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don