Accueil
Sœur Regina, moniale protestante de la communauté de Grandchamp
Partager

Sœur Regina, moniale protestante de la communauté de Grandchamp

Un article rédigé par Béatrice Soltner - RCF,  -  Modifié le 19 mai 2020
Témoin Sœur Regina, moniale protestante de la communauté de Grandchamp
Religieuse de la communauté de Grandchamp, Sœur Regina s'apprête à vivre une expérience œcuménique en Israël, chez les Petites Sœurs de Jésus. Elle témoigne au micro de Béatrice Soltner.
Communauté de Grandchamp Communauté de Grandchamp

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS : LES REDIFFUSIONS DE RCF - Dans le contexte d'épidémie de coronavirus, les équipes RCF se mobilisent pour vous informer, vous accompagner et permettre à tous de rester en communion par la prière. Durant cette période de confinement, RCF vous propose de réentendre des émissions pour vous évader et vous aérer.
> En savoir plus

S'il y a une chose qui anime Sœur Regina, c'est bien son intérêt pour l'autre avec toutes ses différences. Entrée au monastère de la communauté protestante de Grandchamp il y a 30 ans, elle s'apprête à rejoindre la communauté catholique des petites Sœurs de Jésus, en Israël, pour y vivre une expérience œcuménique. Mais la Terre sainte, Sr. Regina connaît bien, elle qui y a déjà vécu en fraternité. "Des Palestiniens et des Israéliens se rencontraient chez nous."
 

Comment écouter l'autre?

"Il faut partir profondément en soi, pour voir que je suis humain et l'autre aussi et que nous sommes un dans notre humanité." Pour Soeur Regina, si l'on veut rencontrer quelqu'un il est nécessaire d'approfondir en soi ce que l'on est. Il en est de même devant des situations de violence. Il faut d'abord reconnaître que cette violence est en nous.
 

"Cette liberté que j'ai cherchée partout, je peux la vivre ici."

 

L'expérience de la fragilité

Issue d'une famille non croyante, Sr. Regina confie que la religion n'a jamais joué un rôle quelconque dans sa vie de jeune fille. Ce pourquoi elle choisit, durant ses études de journalisme, de travailler sur les religions, "un sujet neutre" alors. A l'issue de ses études, elle tombe gravement malade. Un de ses amis médecin lui conseille de se rendre chez les sœurs de Grandchamp. "On m'a accueillie ici comme une personne fragile." Et d'être acceptée comme telle l'a beaucoup marquée. Aujourd'hui, 30 ans après son entrée dans la communauté, elle confie avoir trouvé sa liberté. "Cette liberté que j'ai cherchée partout, je peux la vivre ici."

EMISSION DIFFUSEE EN JANVIER 2017

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don