Accueil
"S’il t’écoute, tu as gagné ton frère" (Mt 18, 15-20)
Partager

"S’il t’écoute, tu as gagné ton frère" (Mt 18, 15-20)

Un article rédigé par Pasteur Nicole Fabre (50629) - RCF, le 10 septembre 2023  -  Modifié le 10 septembre 2023
Prière du matin "S’il t’écoute, tu as gagné ton frère" (Mt 18, 15-20)

"S’il t’écoute, tu as gagné ton frère"

 

Méditation de l'évangile (Mt 18, 15-20) par la pasteur Nicole Fabre

 

Chant final: "Jésus est au milieu de nous" par Sebastian Demrey & Jimmy Lahaie

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Si ton frère a commis un péché contre toi,
va lui faire des reproches seul à seul.
S’il t’écoute, tu as gagné ton frère.
    S’il ne t’écoute pas,
prends en plus avec toi une ou deux personnes
afin que toute l’affaire soit réglée
sur la parole de deux ou trois témoins.
    S’il refuse de les écouter,
dis-le à l’assemblée de l’Église ;
s’il refuse encore d’écouter l’Église,
considère-le comme un païen et un publicain.
    Amen, je vous le dis :
tout ce que vous aurez lié sur la terre
sera lié dans le ciel,
et tout ce que vous aurez délié sur la terre
sera délié dans le ciel.

    Et pareillement, amen, je vous le dis,
si deux d’entre vous sur la terre
se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit,
ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux.
    En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon nom,
je suis là, au milieu d’eux. »

Source : AELF

Méditation Pasteur Nicole Fabre

Le nom d’Emmanuel, qui signifie « Dieu avec nous », n’est donné dans l’évangile de Matthieu que deux fois : au tout début de l’évangile, dans la révélation faite à Joseph, et dans les dernières paroles de Jésus à ses disciples, dans le dernier verset – « je suis avec vous tous les jours ». Mais dans notre passage, nous avons presque cette expression : « je suis là, au milieu d’eux ». Qui a-t-il de si important pour que l’évangéliste place ici cette parole révélatrice de toute l’action de Jésus, de toute son identité ? Peut-être parce que mettre en mot le péché d’un frère ou d’une sœur risque toujours de mettre l’un en position supérieure, et l’autre en position plus basse, humiliante. Or les paroles de Jésus ont pour but l’exact opposé. Jamais il ne faut humilier, scandaliser qui que ce soit. Le but de cette parole est de redonner la fraternité profonde autour de Celui qui la fonde, Jésus lui-même : « Je suis là, au milieu de vous ». Sa présence fait de ce tête-à-tête, ou de cette rencontre à plusieurs, non un règlement de compte, mais le renouement de la véritable fraternité, qui naît de cette présence toute particulière : entre moi et l’autre, il y a le Christ disait le pasteur Dietrich Bonhoeffer dans son livre sur la vie communautaire. Dans ces temps d’échange, la réconciliation n’est pas toujours possible. Mais tout ce qui peut être ainsi délié entre frères ou sœurs l’est aussi pour Dieu.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don