Accueil
Saint Irénée, le pacifique
Partager

Saint Irénée, le pacifique

Un article rédigé par Véronique Alzieu - RCF, le 2 mars 2022  -  Modifié le 17 mars 2022

Irénée dit de Lyon est père de l’Eglise et l’un des premiers théologiens. Son rayonnement s’étend bien au-delà de la capitale des Gaules.  Appelé "le pacifique", Irénée a eu un impact majeur sur l'union de l'Eglise d'Asie et celle de Rome. Il aura également une influence décisive sur la constitution du "canon du Nouveau Testament". Paul Mattei, professeur émerite de langue et littérature latine de l'université lyon II et aussi spécialiste de ce personnage étonnant qu’il nous fait découvrir au micro de Véronique Alzieu. 

Image ©Wikimédia commons ; Création graphique ©RCF Image ©Wikimédia commons ; Création graphique ©RCF

Saint Irénée, un pont entre l’Eglise asiatique et l’Eglise romaine

 

Irénée, qui veut dire "pacifique" en grecque, est né à Izmir dans l’actuelle Turquie vers 140.Irénée fait partie de l’Eglise d’Asie, d’Ephèse, de Smryne, qui font remonter leurs origines à l’apôtre Jean”. Cette influence “johannique” est une influence capitale dans la pensée d’Irénée. Après avoir séjourné à Rome, Irénée est appelé à Lyon pour des raisons inconnues. “Il est l’héritier assumé de la tradition de l’ Eglise d’Asie et aussi il a une proximité avec l’Eglise romaine, avec ses chefs, avec sa tradition.”

 

Irénée permet de faire le lien entre des communautés parfois en désaccord sur des questions très concrètes comme la fixation de la date de Pâques. Par exemple, en 180, l’évêque de Rome, Victor Ier, s’apprête à excommunier les églises asiatiques ne suivant pas le rite romain de Pâques. Saint Irénée, fidèle à son nom ,eut un rôle majeur pour pacifier les relations et renouer les liens entre les deux Eglises.

 

Les persécutions lyonnaises de 177

 

Entre mars et août 177, 48 chrétiens meurent en martyrs à Lyon dont Saint Pothin, premier évêque de Lyon et Saint Blandine. Absent lors des persécutions, Irénée prend la suite de Saint Pothin et devient évêque de Lyon.

Pothin et Irénée après lui sont des témoins d’une tradition dans le temps, témoins d’une solidarité avec d’autres évêques dans l’espace : la communion avec Rome et avec l’Asie.


 

Saint Irénée et le “siècle de la grande Église" contre les hérésies


 

Le deuxième siècle est appelé “le siècle de la grande Eglise”, c’est une période construction dogmatique et constitutionnelle avec notamment la création de l’épiscopat. C’est également une période où on situe la “nouveauté chrétienne” par rapport à l’héritage du judaïsme et enfin les débuts de l’agnosticisme. “C’est tous les fondements du christianisme orthodoxe qui se retrouvent bouleversés, remis en cause et c’est contre cela qu’ Irénée mène son combat” souligne Paul Mattei.

C’est à cette période qu’ Irénée écrit le texte “Contre les hérésies”. Par ces textes, il remet en question la gnôse et souhaite démontrer la vérité des écritures depuis les origines jusqu’à Jésus-Christ.




 

Même si le premier couple, Adam et Eve n’avait pas péché, le Fils de Dieu se serait quand même incarné afin que dans le Christ, la Créature puisse entrer en communion avec son créateur. C’est ça le centre de la pensée d’Irénée.



 

L’histoire du Salut et les fondamentaux de la pensée irénéenne

 

Le futur saint va avoir une influence importante sur la constitution du “Canon du nouveau testament qui est aujourd'hui constitué des quatre Evangiles, les Actes des apôtres, les épîtres et de l’Apocalypse de Jean. Saint Irénée sera également un contributeur de la règle de Foi qui se résume en trois fondamentaux : Dieu est le Créateur, il a envoyé son Fils pour nous sauver par sa mort et sa résurrection  et son Salut nous est communiqué par l’Esprit Saint.

 

Ce qu’ Irénée veut montrer c’est que ce qui est matériel, Dieu l’a créé pour y manifester sa toute puissance d’amour. En créant la matière, Dieu a créé ce qu’il y a de plus éloigné de Lui. Mais justement l’Amour tout-puissant de Dieu ce manifeste en ceci que dans la matière même, dans les corps qui sont les plus éloignés de Lui, Dieu trouve de quoi ramener tous ceux-là à Lui. Et c’est précisément cela l’histoire du Salut, à savoir le fait que cette création matérielle et corporelle par l’Homme en Jésus-Christ, Dieu le Père la ramène à Lui pour que cette créature le connaisse et vive de sa vie dans la communion de l’éternité. C’est cela le fond de la pensée Irénéenne” pour Paul Mattei.

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don