Accueil
Ramadan, Pâques et Pessah : et si on célébrait ces temps forts dans un même lieu ?

Ramadan, Pâques et Pessah : et si on célébrait ces temps forts dans un même lieu ?

Un article rédigé par Floraine Jullian, membre de InterFaith Tour - RCF, le 3 avril 2023  -  Modifié le 3 avril 2023
"Le temps des olives", la chronique interreligieuse Ramadan, Pâques et Pessah : et si on célébrait ces temps forts dans un même lieu ?

On vit en ce moment même des temps religieux particulièrement forts pour les musulmans avec le ramadan, pour les catholiques avec le Carême et Pâques qui approche à grands pas, et pour les juifs avec Pessah, aussi appelée la Pâques juive, qui commence dans quelques jours ! Et si ces trois communautés se retrouvaient à célébrer ces temps forts dans un même lieu ?

Le projet Abrahamic Family House à Abou Dabi favorise la rencontre entre les communautés chrétienne, juive et musulmane ©Wikimédia commons Le projet Abrahamic Family House à Abou Dabi favorise la rencontre entre les communautés chrétienne, juive et musulmane ©Wikimédia commons

Il y a plusieurs pays dans le monde qui se sont lancés le défi fou de créer au même endroit, voire dans le même bâtiment, une mosquée, une église et une synagogue. 

 

Je commence avec Abou Dabi. On ne s’y attend pas, mais à la visite du pape accompagné de l'imam de la mosquée al-Azhar, en 2019, le projet Abrahamic Family House a vu le jour, avec pour objectif la création d’une mosquée, une église et d’une synagogue (la première dans le pays) pour permettre la rencontre entre ces communautés et favoriser la création de liens durables. Petit détail, l’architecture est assez étonnante, il a été décidé que les trois bâtiments auraient la même apparence extérieure, donc il ne sera pas aisé de deviner quel lieu correspond à quel culte en arrivant devant. La date d'inauguration devrait être annoncée en 2023.

 

Sur le chemin vous pourrez vous arrêter en Géorgie, deuxième pays qui porte un projet similaire, moins connu mais tout aussi impressionnant. À Tbilissi, la capitale, vous pourrez rencontrer Rusudan, qui officie à la cathédrale de la paix, une église évangéliste baptiste. Après avoir accueilli des réfugiés tchétchènes dans les années 1990 et découvert la beauté de l’interreligieux, ils se sont lancés un nouveau défi : ouvrir deux salles sur les côtés de leur églises pour accueillir une synagogue et une mosquée, qui sont les deux communautés qui manquent de lieux de culte à Tbilissi. Ici, le petit plus de la démarche est qu’ils demandent à la communauté juive de participer à payer pour les travaux de la mosquée, et à la communauté musulmane de payer pour ceux de la synagogue.

 

Enfin, à Berlin, un projet un peu fou est né il y a quelques années : la House of One. Sur
l’emplacement d’une ancienne église détruite pendant la guerre froide, des communautés juive,
musulmane et chrétienne ont décidé de construire un lieu commun. Un lieu unique en son genre
avec une seule entrée mais des salles bien séparées pour les différents cultes et qui accueillerait aussi une bibliothèque et une salle pour permettre aux personnes qui veulent faire des conférences sur d’autres sujets de s’y retrouver. Ce projet en cours de construction nous a beaucoup inspirés pendant le tour du monde...

 

D’ailleurs, je profite de vous parler de l’Allemagne pour vous faire une petite annonce : cet été, InterFaith Tour lance un tout nouveau projet. Entre le 19 et le 27 août, on organise une course d’orientation entre Paris et Berlin à la découverte de nombreuses initiatives inspirantes. Pour s’inscrire, il vous suffit d’avoir entre 18 et 35 ans et d’être un binôme de convictions différentes. Si vous voulez vous inscrire, rendez-vous sur interfaithtour.fr

 


 

Chaque lundi dans la matinale RCF à 8h52, retrouvez Anne Plouy et Floraine Jullian, de InterFaith Tour, le Mouvement interconvictionnel de jeunesse et d'éducation populaire.

> Le temps des olives, la chronique interreligieuse

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don