Accueil
RCF Quelle place pour l’étranger dans l'Ancien Testament ? L'histoire de Ruth

Quelle place pour l’étranger dans l'Ancien Testament ? L'histoire de Ruth

Un article rédigé par Madeleine Vatel - RCF, le 21 juin 2024  -  Modifié le 24 juin 2024
Vous avez un nouveau Message S'intégrer à un peuple : l’immigration réussie de Ruth dans l'histoire d’Israël

Ils sont dans les versets de la Bible comme un trio inséparable : l’immigré, la veuve et l'orphelin.  ‘Protégés’, ‘soutenus’ par le Seigneur, ces figures de l’Ancien Testament appellent la compassion chez ceux qui les rencontrent.  Parmi les histoires de migration, celle de Ruth la moabite mêle audace, fidélité, et respect de la Loi. 

Ruth dans les champs , détail. Hugues Merle, 1876 Ruth dans les champs , détail. Hugues Merle, 1876

« Le Seigneur protège l’étranger. Il soutient la veuve et l’orphelin, il égare les pas du méchant » dit le psaume 145. Dans l’histoire de Ruth, un livre situé dans l’Ancien Testament, les personnages sont tour à tour l’autochtone puis l’étranger, l’accueillant puis l’émigré cherchant l’abri. Ces renversements sont provoqués par la faim et les soubresauts de la vie. Ils disent la migration comme une nécessité – « il y eut une famine dans le pays » - et une audace -  « se rendre chez un peuple que tu n’avais jamais connu de ta vie » déclare Booz, étonné de la témérité de Ruth qui a fui son pays pour rester fidèle à sa belle-mère Noémie. Les deux femmes sont tour à tour l’étrangère et l'autochtone.

La Bible en les liant tous les trois, nous dit de dépasser nos réticences naturelles devant ce qui est ‘étrange’ à nos yeux, pour considérer l’étranger d’abord comme un pauvre, à l’image de la veuve et de l’orphelin

Or, il y a dans la Bible et selon les textes, « une tension entre deux messages : ‘tu accueilleras l’étranger’ et ‘tu ne te laisseras pas changer ou influencer par l’étranger’, qui vient avec sa culture, sa civilisation » explique Antoine Nouis, théologien protestant, en soulignant ce que les commentateurs ont remarqué. « Quand le peuple se sent fort dans son identité, dans ce qu’il est, alors c’est le message d’accueil qui domine. Mais quand le peuple se sent fragilisé, alors il a tendance à développer des réactions identitaires, moins favorables à l’étranger ».

D'abord protégés par la loi de Moïse

Parallèlement à ces aventures, la Bible rappelle la Loi de Dieu. Dans la Torah, trois catégories de personnes sont systématiquement associées car elle nécessite une protection : la veuve, l’orphelin et l’immigré. « Assez vite, la veuve et l’orphelin suscite une pitié et une compassion. L’immigré, moins.  La Bible en les liant tous les trois, nous dit de dépasser nos réticences naturelles devant ce qui est ‘étrange’ à nos yeux, pour considérer l’étranger d’abord comme un pauvre, à l’image de la veuve et de l’orphelin ». 

Entre grâce et Loi 

A cette époque, le droit de glanage va autoriser Ruth et sa belle-mère à récupérer les légumes dans les champs. La Loi du rachat va réinscrire Ruth dans une histoire en donnant à Boaz de pouvoir racheter le champ. Enfin, Ruth sera inscrite dans la généalogie de Jésus parmi les quatre femmes y figurant. Comme Moabite, elle en était pourtant maudite. « Mais elle a renversé la malédiction grâce à sa loyauté envers sa belle-mère, quittant tout pour l'accompagner. C’est ce qui en fait une femme combattante ». 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Vous avez un nouveau Message ©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Vous avez un nouveau Message

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don