Accueil
Père Emmanuel Albuquerque : "Noël, la célébration que je préfère !"

Père Emmanuel Albuquerque : "Noël, la célébration que je préfère !"

Un article rédigé par Véronique Alzieu - RCF, le 20 décembre 2023  -  Modifié le 11 janvier 2024
Témoin Père Emmanuel Albuquerque "Noël est mon temps liturgique préféré"

Emmanuel Albuquerque est curé de la nouvelle paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul, près d’un quartier populaire de Grenoble. De son Brésil natal, il a gardé un léger accent et une profonde confiance dans la vie. Cette confiance, il la retrouve dans la célébration de Noël, sa fête préférée.

Le père Emmanuel Albuquerque © Romane Gallisai RCF Le père Emmanuel Albuquerque © Romane Gallisai RCF

 


Programmation spéciale Noël sur RCF

Cette année, RCF s’installe au cœur des quartiers populaires de Grenoble, pour deux jours de programmation spéciale Noël. Une des missions de RCF est de partager la joie de s’ouvrir à l’autre pour devenir tous acteurs de fraternité. C’est pourquoi cette année nous voulons partager la joie de Noël avec ceux et celles qui vivent dans des quartiers dits "sensibles".

> En savoir plus sur la programmation spéciale Noël et Avent sur RCF

 


 

 

En portugais, son nom signifie "le chêne blanc". Emmanuel Albuquerque est prêtre du diocèse de Grenoble-Vienne et curé de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul à Grenoble. Il s’agit de la plus jeune paroisse du diocèse, érigée le 1er septembre 2021. "Nous apprenons à devenir une une paroisse, à se connaître, à s'accueillir et à nous déployer", explique le père Emmanuel. Située tout près du quartier Mistral, elle regroupe à la fois des cités populaires et des pavillons résidentiels. "Il y a beaucoup de collèges et d’écoles dans ce quartier, précise le père Emmanuel ce qui veut dire un gros potentiel pour la pastorale des ados."  

 

La paroisse Saint Pierre-Saint Paul de Grenoble © Bertrand Lachanat / RCF


Il a beau se sentir brésilien jusqu’au bout des ongles, le père Emmanuel rappelle qu’il est incardiné dans le diocèse de Grenoble-Vienne, c’est-à-dire qu’il a été ordonné prêtre dans le diocèse et pour le diocèse. "Je ne suis pas un prêtre brésilien envoyé pour prêter main forte à l’Église de France, insiste-t-il. J’aime dire que j’appartiens à ce diocèse."

 

→ À LIRE : Une France à évangéliser : dans le quotidien des prêtres étrangers

 

À Noël, Dieu vient habiter nos nuits

À cause de la douceur naturelle qui s’en dégage, Noël est le temps liturgique préféré d’Emmanuel Albuquerque. "Noël, dit-il, c’est la célébration où Dieu fait irruption dans notre vie, humblement, comme un petit enfant." Pour lui, si Dieu se manifeste dans la nuit, c’est pour nous dire qu’il est aussi présent dans nos nuits. "Ces moments de doute que nous traversons, précise-t-il, les moments de solitude, ceux où l’on se dit : Y a-t-il quelque part quelqu’un qui m’aime ? Est-ce que je manquerais à quelqu’un si je n’étais plus là ? Dans ces nuits-là, il y a Jésus qui nous aime et qui tient à nous."

Des paroles qui sentent le vécu. "Je n’idéalise pas ma vie, dit le père Emmanuel. Il y a des matins où je n’ai pas envie de me lever et des jours où j’aimerais être ailleurs !" Et quand on demande au jeune curé de 40 ans s’il lui arrive de se sentir seul, la réponse fuse : "Oui ! Mais le pire c’est le sentiment d’isolement. Quand je suis arrivé à Grenoble, je ne connaissais personne et je n’avais personne avec qui aller simplement boire un café." La pauvreté qu’il a connue au Brésil dans sa jeunesse a donné à Emmanuel Albuquerque une force, celle d’accepter la vie telle qu’elle est et non comme il la rêve. "J’ai appris que tout passe", dit-il dans un sourire.

 

→ À LIRE : Avec Le Rocher, ouvrir un avenir aux enfants des cités de Grenoble

 

Voir la vie avec plus de calme et de légèreté

"Et si l’on essayait de prendre la vie de manière plus légère, plus calme ?" Voilà le vœu d’Emmanuel. "Il y a d’innombrables problèmes, écologiques, sociétaux, internationaux, économiques… Mais la vie est là. Faisons en sorte de la déployer avec celles et ceux qui sont à côté de moi et de poser sur eux un regard qui relève et qui redonne de l’espérance. Essayons de moins chercher à avoir, à savoir ou à comprendre. N’oublions pas de vivre", conclut-il.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don