Accueil
"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)
Partager

"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)

Un article rédigé par Soeur Catherine de Coster (59912) - RCF, le 7 janvier 2024  -  Modifié le 7 janvier 2024
Prière du matin "Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)

"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi"

 

Méditation de l'évangile (Mt 2, 1-12) par Sœur Catherine de Coster

 

Chant final : "Nous avons vu l'étoile" par Marie-Louise Valentin, Hubert Bourel, et Danielle Sciaky

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée,
au temps du roi Hérode le Grand.
Or, voici que des mages venus d’Orient
arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?
Nous avons vu son étoile à l’orient
et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé,
et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple,
pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée,
car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n’es certes pas le dernier
parmi les chefs-lieux de Juda,
car de toi sortira un chef,
qui sera le berger de mon peuple Israël.
 »
Alors Hérode convoqua les mages en secret
pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.
Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer
pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
Après avoir entendu le roi, ils partirent.

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient
les précédait,
jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit
où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile,
ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison,
ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;
et, tombant à ses pieds,
ils se prosternèrent devant lui.
Ils ouvrirent leurs coffrets,
et lui offrirent leurs présents :
de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Source : AELF

Méditation  Sœur Catherine de Coster

En ce jour de l’Epiphanie, contemplons chacun des acteurs qui entrent en scène dans ce récit, pour y reconnaître quelque chose de notre propre existence. Aucun ne nous est totalement étranger :

Il y a d’abord le Roi Hérode qui cherche à garder la maîtrise des choses, alors que tout est en train de lui échapper. Enfermé en lui-même, campé dans sa propre vision, il est soucieux de son pouvoir, qu’il ne cesse de sentir menacé. Il programme des rencontres dans le secret et le mensonge, manipule les mages, et fait preuve de duplicité. Dans de telles dispositions, il ne peut rencontrer le Sauveur annoncé !

La volonté de toute puissance, le mensonge, la manipulation, le cœur double, me conduisent à l’illusion d’une vie réussie et me font passer à côté de l’Auteur de la Vie, lui qui se donne à qui sait l’accueillir dans la pauvreté, l’abandon et l’émerveillement !

Il y a ensuite les Mages qui se sont mis en route et ont suivi l’Etoile, sans savoir où elle les mènerait : ils questionnent, cherchent, rencontrent les autres …  Ils savent avancer et prendre des risques avec générosité. Ils écoutent leur conscience qui leur montre de nouvelles routes pour le bien et la vie !

Faire confiance, entrer en relation, écouter sa conscience et agir librement en conséquence, me conduisent, par des chemins inconnus, à la joie et à plus d’humanité !

Il y a enfin Marie qui, toute tournée vers son nouveau-né emmailloté, est en même temps totalement disponible à ceux qui viennent à elle. Elle porte les événements dans le silence et la patience, sans en comprendre tout le mystère, elle en guette le sens profond.

Accueillir les événements de ma vie et les porter, les mûrir dans le silence, telle est l’attitude qui ouvre mon intelligence au sens profond de l’existence et de l’humanité.

En cette fête de l’épiphanie, avec les mages, suivons l’Etoile, fragile lumière en nos cœurs.  Reconnaissons la Présence discrète du Christ, en chaque événement, chaque visage rencontré, chaque instant vécu avec intensité.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don