Accueil
"Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part" (Lc 10, 38-42)
Partager

"Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part" (Lc 10, 38-42)

Un article rédigé par Millevoye Bruno (Père) (54961) - RCF, le 17 juillet 2022  -  Modifié le 17 juillet 2022
Prière du matin "Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part" (Lc 10, 38-42)

"Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part"

Méditation de l'évangile (Lc 10, 38-42) par le père Bruno Millevoye

Chant final: "Je m'assois à tes pieds" par Hélène GOUSSEBAYLE

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
    Jésus entra dans un village.
Une femme nommée Marthe le reçut.
    Elle avait une sœur appelée Marie
qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
    Quant à Marthe, elle était accaparée
par les multiples occupations du service.
Elle intervint et dit :
« Seigneur, cela ne te fait rien
que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ?
Dis-lui donc de m’aider. »
    Le Seigneur lui répondit :
« Marthe, Marthe, tu te donnes du souci
et tu t’agites pour bien des choses.
    Une seule est nécessaire.
Marie a choisi la meilleure part,
elle ne lui sera pas enlevée. »

Source : AELF

Méditation Père Bruno Millevoye

Une seule est nécessaire et c’est vrai. Combien de choses nous accaparent et nous éloignent de ce qui est nécessaire. Mais qu’est-ce qui est nécessaire ? Comme les enfants du catéchisme, nous pourrions répondre Jésus. Mais encore ? Sa Parole ? Et après ? Et si l’interpellation de Marthe sur la seule chose nécessaire n’avait pas pour but de nous conduire à nous poser cette question ? Qu’est-ce qui est nécessaire, qu’est-ce qui fonde ma vie, qu’est-ce qui m’oriente vers le bonheur, le vrai, le jute ? Chercher une réponse suppose que cette question soit une véritable occupation qui ne disparaît pas derrière toutes nos préoccupations qui paraissent dans l’instant si nécessaires et si futiles l’instant d’après. Le seul nécessaire exige que nous nous préoccupions de lui. Ce passage suit le récit du bon samaritain. Son intention à l’égard d’un homme en détresse l’a conduit à se préoccuper de lui. Cet épisode illustre le commandement de l’amour du prochain. L’épisode de Marthe et de Marie le commandement de l’amour de Dieu. Ce double commandement résume tout l’enseignement de la loi qui conduit à la vie. Si le bon samaritain a su venir en aide à un homme en détresse au contraire de personnes plus religieuses que lui, c’est qu’il avait surement appris, comme Marie, à discerner entre le seul nécessaire et ce qui ne l’est pas. A sa façon, il avait écouté la parole de Dieu. Cela l’a conduit à agir et ainsi à trouver dans son action une réponse à la question : qu’est-ce qui est nécessaire ? Ce jour-là, elle avait le visage d’un homme en détresse.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don