Accueil
RCF L’île Madame : lieu de mémoire, de foi et de commémoration aux prêtres martyrs de 1794

L’île Madame : lieu de mémoire, de foi et de commémoration aux prêtres martyrs de 1794

Un article rédigé par Carla Pasquier - RCF Charente-Maritime, le 21 juin 2024  -  Modifié le 25 juin 2024
Actu : la sélection de la semaine Charente-Maritime : documentaire sur les prêtres martyrs

Tous les ans, en Charente-Maritime un pèlerinage est organisé au mois d’août en hommage aux 850 prêtres déportés après la Révolution française. Ce pèlerinage se tient sur l’île Madame où ces religieux devenus martyrs ont perdu la vie. Aujourd’hui, une grande partie d’entre eux sont enterrés sur la plus petite des îles de ce département. Le lieu est devenu un symbole de foi et de résistance.

documentaire youtube la croix des pontons de Rochefort, seul vestige retrouvé des prêtres déportés documentaire youtube la croix des pontons de Rochefort, seul vestige retrouvé des prêtres déportés

Les hommes religieux transformés en fonctionnaire d’État

 

La Convention décrète en 1792 les hommes de l’Église comme des fonctionnaires de l’État transformant leur statut religieux. Les prêtres ne sont plus des serviteurs de Dieu. Dans cette dynamique, ceux qui ne prêtent pas serment, voulant rester fidèle à leur foi, sont appelés les « réfractaires ».

 

Au même moment, la ville de Rochefort proclame la liberté et l’égalité grâce à plusieurs institutions révolutionnaires. Une résistance controversée. Ce qui pousse des représentants de l’Etat à s’installer à Rochefort. La ville est soumise au régime de La Terreur. Un arrêté provoque un an plus tard la déportation des prêtres « réfractaires ». Ils sont par la suite entassés dans d’anciens navires négriers. Les bateaux « Deux-Associés » et « Washington » deviennent alors des prisons.

 

Des conditions d’emprisonnement inhumaines

 

Des épidémies de scorbut et typhus se succèdent. Collés les uns aux autres du matin au soir, le manque d’hygiène accélère la propagation des maladies. Les conditions de vie sont déplorables. Les prisonniers en meilleure santé sont déplacés dans un troisième navire tandis que les plus malades sont débarqués sur l’île Madame où la plupart périront.

Ces hommes étaient rayés du livre de la République, on m’avait dit de les faire mourir sans bruit… Capitaine du navire Laly.

 

La France prend un nouveau départ en 1794 après l’exécution de Robespierre ce qui signe la fin de La Terreur. Les prêtres ne sont pas libérés et demeurent prisonniers sur les bateaux. Après des interventions auprès de la Convention, les survivants au nombre de 274 sont transférés à Saintes en 1795. Ils ont de nouveau la possibilité de reprendre leur activité.

 

Cet épisode de l’histoire est oublié jusqu’en 1910. Elle refait surface grâce aux travaux de plusieurs historiens rochelais, mettant la lumière sur cet événement tragique. Une imposante croix de galets est disposée sur le sol dans un champ à l’entrée de l’île. 254 prêtres résistants y sont enterrés. En 1995, 69 d’entre eux ont été béatifiés par le pape. Aujourd’hui, l’île Madame est un lieu de recueil et de résistance qui rappelle la force de leur foi.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Actu
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Actu : la sélection de la semaine

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don