Accueil
"Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés." (Ac 22, 3-16)
Partager

"Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés." (Ac 22, 3-16)

Un article rédigé par Mgr Emmanuel Gobilliard (50843) - RCF,  -  Modifié le 25 janvier 2022
Prière du matin "Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés." (Ac 22, 3-16)

" Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant le nom de Jésus"

Méditation du livre des actes des apotres (Ac 22, 3-16) par Mgr Emmanuel Gobilliard

Chant final: "Transforme moi" par Luc Dumont

David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
Paul dit au peuple :
    « Je suis Juif,
né à Tarse en Cilicie,
mais élevé ici dans cette ville,
où, à l’école de Gamaliel,
j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ;
j’avais pour Dieu une ardeur jalouse,
comme vous tous aujourd’hui.
    J’ai persécuté à mort ceux qui suivent le Chemin du Seigneur Jésus ;
j’arrêtais hommes et femmes, et les jetais en prison ;
    le grand prêtre et tout le collège des anciens
peuvent en témoigner.
Ces derniers m’avaient donné des lettres pour nos frères de Damas
où je me rendais :
je devais ramener à Jérusalem,
ceux de là-bas, enchaînés, pour qu’ils subissent leur châtiment.

    Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas,
soudain vers midi, une grande lumière venant du ciel
m’enveloppa de sa clarté.
    Je tombai sur le sol,
et j’entendis une voix me dire :
‘ Saul, Saul,
pourquoi me persécuter ?’
    Et moi je répondis :
‘Qui es-tu, Seigneur ?
– Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes.’
    Ceux qui étaient avec moi virent la lumière,
mais n’entendirent pas la voix de celui qui me parlait.
    Alors je dis :
‘Que dois-je faire, Seigneur ?’
Le Seigneur me répondit :
‘Relève-toi, va jusqu’à Damas,
et là on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.’

    Comme je n’y voyais plus rien,
à cause de l’éclat de cette lumière,
je me rendis à Damas,
conduit par la main de mes compagnons.
    Or, Ananie, un homme religieux selon la Loi,
à qui tous les Juifs résidant là rendaient un bon témoignage,
    vint se placer près de moi
et me dit :
‘Saul, mon frère,
retrouve la vue.’
Et moi, au même instant, je retrouvai la vue,
et je le vis.
    Il me dit encore :
‘Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté,
à voir celui qui est le Juste
et à entendre la voix qui sort de sa bouche.
    Car tu seras pour lui, devant tous les hommes,
le témoin de ce que tu as vu et entendu.
    Et maintenant, pourquoi tarder ?
Lève-toi et reçois le baptême,
sois lavé de tes péchés en invoquant son nom.’

Source : AELF

Méditation Mgr Emmanuel Gobilliard

Paul est en route, persuadé de détenir la vérité, et au nom de cette vérité, il participe à la condamnation et à l’exécution des chrétiens. Et en plus de cela, j’imagine qu’il comptait faire la volonté de Dieu. Il a fallu que Jésus intervienne directement, et de façon brutale pour que Paul comprenne, qu’il se détache enfin de lui-même, de ses idées et qu’il accepte d’entrer dans la logique de Dieu. Pourtant il aurait dû être alerté par sa conscience, par un minimum de bon sens aussi. Comment Paul, au nom du Dieu d’Israël a-t-il pu imaginer qu’il est juste que des gens meurent parce qu’ils ne pensent pas comme lui, parce qu’ils n’ont pas la même foi. Ceux dont Paul pensait qu’ils étaient dans l’erreur, étaient justement dans la vérité. Et même si ce n’était pas le cas, il est impossible que Dieu veuille la persécution, la violence, la mort d’êtres humains. Comment certains peuvent-ils encore de nos jours s’imaginer cela ? Tous n’ont pas la chance de Paul, ils n’ont pas la chance d’être renversés de cheval, et d’être obligés de croire. La façon habituelle qu’a Dieu de s’adresser à nous, c’est la douceur, le respect de notre liberté. C’est par sa parole, par le témoignage des autres, et par notre conscience. Je pense que parfois il y a une démission de la conscience au point que certains, et même des chrétiens qui ont tous les outils pour discerner, sont encore tentés par des théories millénaristes ou complotistes, au point que des familles se déchirent pour des raisons qui ne sont même pas essentielles, qui sont souvent d’ordre politique. J’ai même entendu dire que des personnes revendiquaient des valeurs chrétiennes mais refusaient le Christ, voulaient revenir en arrière, mais pas jusqu’à l’Evangile. Notre foi n’est rien sans une relation vivante au Christ, sans une lecture amoureuse de la Parole de Dieu, et de l’Évangile tout spécialement. Il me semble aussi qu’il est du devoir de tout chrétien de se former, d’apprendre à former sa conscience, de revenir parfois à la source, à la parole de Dieu, à l’exemple de Jésus dans l’Évangile. L’un des moyens de discerner, c’est de faire appel à l’Esprit Saint, de demander conseil et de lire l’Évangile en se demandant : qu’aurait fait Jésus à ma place ?

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don