Accueil
"Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil..." (Mt 9, 14-17)
Partager

"Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil..." (Mt 9, 14-17)

Un article rédigé par Père François Lestang (50793) - RCF, le 2 juillet 2022  -  Modifié le 2 juillet 2022
Prière du matin "Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil..." (Mt 9, 14-17)

"Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? "

Méditation de l'évangile (Mt 9, 14-17) par le père François Lestang

Chant final: "Un vin nouveau" par Hillsong en français

andrew-pons-UNSPLASH andrew-pons-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus en disant :
« Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons,
tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
    Jésus leur répondit :
« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil
pendant le temps où l’Époux est avec eux ?
Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ;
alors ils jeûneront.
    Et personne ne pose une pièce d’étoffe neuve
sur un vieux vêtement,
car le morceau ajouté tire sur le vêtement,
et la déchirure s’agrandit.
    Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ;
autrement, les outres éclatent,
le vin se répand,
et les outres sont perdues.
Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves,
et le tout se conserve. »

Source : AELF

Méditation Père François Lestang

Il y a, selon le livre de l’Ecclésiaste, « un temps pour chaque chose sous le soleil, un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; […] un temps pour garder, et un temps pour jeter, un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler ». Il y a les six jours de la semaine où l’on travaille, et ce jour de shabbat dans lequel nous sommes, et où l’on s’abstient de travailler. Il y a des jours de jeûne, et des jours de fête, par exemple pour un mariage ou un jubilé de vie religieuse.

Le temps de la présence de Jésus avec ses disciples semble suspendre cette logique, ces alternances. Quand il est là, lui qui se présente comme l’Époux, le temps n’est qu’à la joie de sa présence. Il évoque du tissu, peut-être pour des vêtements de noce, ainsi que du vin, dont on sait qu’il signale les fêtes, notamment les mariages ; pensez aux noces de Cana et au drame de l’absence de vin !

Mais la qualité tant du tissu que du vin signalent que l’on est dans une nouveauté radicale, qui obligent à ne pas chercher à les associer à ce qui était avant, au risque de gâcher tant l’ancien que le nouveau.

Du point de vue spirituel, ces images nous invitent, à cause de la présence de Jésus, à sortir de nos habitudes, de ce qui a toujours été, à nous laisser dérouter par ce curieux individu qui apaise les tempêtes, pardonne les péchés, partage le repas des personnes mal considérées socialement ou religieusement. « A cause de lui », écrit l’apôtre Paul, « j’ai accepté de tout perdre ». De sorte, écrit-il aussi que « si quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né ».

Et me voici, au matin de ce samedi : comment vais-je accueillir ce monde nouveau, cette nouvelle création, cet appel à vivre « en nouveauté de vie » ? Seigneur, viens renouveler mon intelligence et ma volonté, pour me réjouir de tes chemins déconcertants, pour goûter ton vin nouveau, dans la sobre ivresse de l’Esprit.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don