Accueil
Le théâtre : trait d'union entre les religions
Partager

Le théâtre : trait d'union entre les religions

Un article rédigé par Marine Samzun - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 9 mars 2023  -  Modifié le 9 mars 2023
Tous Frères ! Bâtir la fraternité entre catholiques et musulmans par le théâtre (1)

Après 25 représentations, dont en Algérie et au Sénégal, la pièce de théâtre “Dialogue avec Nathan le sage” a été montée à Istres avec une troupe à moitié catholique et à moitié musulmane. Son ambition : provoquer une rencontre qui va au-delà du spectacle.

Le père Jean-François Noël et le recteur de la mosquée d’Istres, Djamel Bedra ©Robert Poulain Le père Jean-François Noël et le recteur de la mosquée d’Istres, Djamel Bedra ©Robert Poulain

"Plus il est musulman, plus je suis chrétien", affirme le père Jean-François Noël, au sujet de son partenaire de scène, Djamel Bedra, recteur de la mosquée d'Istres. Au-delà de ses missions de prêtre et de psychanalyste, le père Jean-François Noël, intervenant régulier de l'émission "Psy et spi", fait également partie d'une troupe de théâtre amateur, qui a pour particularité d'être constituée à moitié de catholiques et à moitié de musulmans. 

 

"Cette pièce est l'aboutissement d'un rapprochement de nos communautés catholique et musulmane à Istres depuis 20 ans", explique Djamel Bedra. "Au début, nous organisions des marches pour la paix, des lâchers de ballons, des dons du sang... et suite aux attentats du Bataclan, on s'est dit qu'il fallait faire quelque chose de plus", poursuit le recteur. 

 

Un spectacle plutôt qu'un discours sur la paix

 

Inspirée de la pièce "Nathan le sage" écrite en 1779 par Gotthold Ephraim Lessing, "Dialogue avec Nathan le sage" vise à reprendre la théorie défendue par Lessing de l'étroite parenté des trois religions monothéïstes. Ecrite par un membre de la communauté d'Istres, la pièce devait initialement être jouée par des enfants, mais devant l'importance du sujet, ce sont finalement des adultes qui ont accepté de monter sur scène.


"Si Djamel joue, je joue", a ainsi réagi le père Jean-François Noël quand il a reçu cette proposition. Après plus de 25 représentations, dont certaines en prison mais aussi en Algérie ou au Sénégal, le constat du prêtre est sans appel : "ç'a été une providence, car cela me renvoie à ma propre racine chrétienne". "Ça a resserré nos liens déjà étroits, notamment pendant les voyages", affirme de son côté Djamel Bedra. Quant aux retours du public, les deux hommes confient avoir été "étonnés de l'impact : on ne faisait pas des discours sur la tolérance ou la paix, on était simplement ensemble". 

 

 

Pour voir quelques extraits de la pièce : https://www.youtube.com/watch?v=IIrgxnMmbRU

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Tous Frères !
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Tous Frères !

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don