Accueil
La réforme de la Curie : une révolution pour les laïcs ?
Partager

La réforme de la Curie : une révolution pour les laïcs ?

Un article rédigé par Yves THIBAUT - 1RCF Belgique, le 14 juin 2022  -  Modifié le 14 juin 2022
En débat La réforme de la Curie : une révolution pour les laïcs ?

Il s'était engagé à réformer la Curie romaine, ce sera désormais chose faite avec l'entrée en vigueur par le pape François, le 5 juin prochain, de la nouvelle constitution apostolique : Predicate Evangelium. En quoi consiste cette "révolution" pour les laïcs et pour l'Eglise, pourquoi lui accorder tant d'importance ? L'abbé Alphonse Borras, canoniste, et Catherine Chevalier (professeure à la faculté de théologie de l'UCL) éclairent ce document juridique et ses conséquences. 

Libre de droits Libre de droits

En quoi consiste cette "révolution" pour les laïcs et pour l'Eglise, pourquoi lui accorder tant d'importance ? L'abbé Alphonse Borras, canoniste, et Catherine Chevalier (professeure à la faculté de théologie de l'UCL) éclairent ce document juridique et ses conséquences.

 

Tout le monde le sait, le pape François aime les réformes en profondeur ! Et il n'a pas déçu les amateurs de changements dans l'Eglise. Il n'a pas crée la surprise, cette réforme qui vient d'entrer en vigueur n'est que le fruit d'une très longue réflexion sur l'avenir de l'Eglise et de son organisation décisionnelle. 

 

Les dicastères au coeur du changement

 

La notion de "dicastère" n'est pas toujours bien connue du grand public. Par comparaison avec les organes d'un Etat, on pourrait considérer qu'il s'agit d'un ministère disposant d'un "portefeuille". Tous ces dicastères sont réunis dans la curie romaine, chargée d'assister le pasteur de l'Eglise. 

 

La révolution enclenchée par le Saint-père, c'est que ces organes pourront désormais être dirigés par des laïcs, des croyants qui n'ont pas reçu le sacrement de l'ordre, à l'instar des prêtres, ou religieux consacrés. En plus de leur gouvernance, certains dicastères verront le jour pour répondre aux besoins du monde. 

 

La déception comme moteur du changement ?

 

Comme beaucoup de réformes d'ampleur, celle que l'on connaît depuis son entrée en vigueur le 5 juin dernier, jour de la Solennité de la Pentecôte, était pensée depuis longtemps. Dès avant son élection au conclave en 2013, le successeur du pape Benoît XVI avait été pressenti comme ayant les épaules pour mettre en place des petits et grands changements...

 

 

En cause, sa colère et sa déception face à certains clercs disposant des plus hautes fonctions au sommet de l'Eglise manifestant un comportement inadapté (corruption, envie de pouvoir,...).  Mais ce n'est pas la seule raison. Faire entrer l'Eglise dans une démarche synodale, très à la mode actuellement, en permettant à tous de prendre les rennes de l'évangélisation est aussi le moteur du changement. Les laïcs feront-ils mieux ? Exiger une durée de mandat réduite à 5 ans et des compétences ad oc pour exercer la gouvernance des dicastères par les laïcs est prévu. 

 

Quels seront les nouveaux dicastères ? Chacun peut-il se présenter à Rome en se proposant à la tête de ceux-ci ? Est-on à la veille d'une révolution cléricale ? Découvrez cela dans ce débat. 

 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don