Accueil
« La lettre aux artistes de Benoit XVI », la chronique "Art Sacré" de Victor Benz en hommage au pape émérite
Partager

« La lettre aux artistes de Benoit XVI », la chronique "Art Sacré" de Victor Benz en hommage au pape émérite

Un article rédigé par Victor Benz - RCF Jerico Moselle, le 3 janvier 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Midi Lorraine, les entretiens [Art sacré] - La lettre aux artistes de Benoit XVI

Le pape émérite Benoît XVI est décédé le 31 décembre 2022 au Vatican, à l’âge de 95 ans. A travers sa chronique "Art Sacré" dans Midi Lorraine, Victor Benz rend hommage à l’ancien souverain pontife.

« La lettre aux artistes de Benoit XVI », la chronique de Victor Benz en hommage au pape émérite « La lettre aux artistes de Benoit XVI », la chronique de Victor Benz en hommage au pape émérite

Depuis hier, des dizaines de milliers de personnes rendent à Rome un dernier hommage au pape Benoit XVI. Souvenons-nous qu’il fut un grand homme, pasteur de l’Eglise en quête de paix et de réconciliation, théologien qui continuera à nourrir la pensée de l’Eglise, mais aussi grand amateur d’art et artiste, il aimait tant jouer au piano… Je vous propose de lui prêter ma voix et de vous lire de larges extraits de son discours aux artistes du 21 novembre 2009.

« Avec cette rencontre, je désire exprimer et renouveler l’amitié de l’Eglise avec le monde de l’art, une amitié consolidée dans le temps, car le christianisme, dès ses origines, a bien compris la valeur des arts et en a utilisé avec sagesse les langages multiformes pour communiquer son message immuable de salut. Cette amitié doit sans cesse être promue et soutenue, afin qu’elle soit authentique et féconde, adaptée aux temps et tienne compte des situations et des changements sociaux et culturels. […] 
C’est vous qui êtes les acteurs de cette rencontre, chers et illustres artistes, appartenant à des pays, des cultures et des religions différentes, peut-être même éloignés des expériences religieuses, mais désireux de maintenir vivante une communication avec l’Eglise catholique et de ne pas restreindre les horizons de l’existence au pur aspect matériel, à une vision réductrice et banalisante. […]
Le moment actuel est malheureusement marqué, non seulement par des phénomènes négatifs au niveau social et économique, mais aussi par un affaiblissement de l’espérance, par un certain manque de confiance dans les relations humaines, c’est la raison pour laquelle augmentent les signes de résignation, d’agressivité, de désespoir. Ensuite, le monde dans lequel nous vivons risque de changer de visage à cause de l’œuvre, pas toujours sage, de l’homme qui, au lieu d’en cultiver la beauté, exploite sans conscience les ressources de la planète au bénéfice d’un petit nombre et qui souvent en défigure les merveilles naturelles. Qu’est-ce qui peut redonner l’enthousiasme et la confiance, qu’est-ce qui peut encourager l’âme humaine à retrouver le chemin, à lever le regard vers l’horizon, à rêver d’une vie digne de sa vocation sinon la beauté ? Chers artistes, vous savez bien que l’expérience du beau, du beau authentique, pas éphémère ni superficiel, n’est pas quelque chose d’accessoire ou de secondaire dans la recherche du sens et du bonheur, car cette expérience n’éloigne pas de la réalité, mais, au contraire, elle mène à une confrontation étroite avec le vécu quotidien, pour le libérer de l’obscurité et le transfigurer, pour le rendre lumineux, beau.
Une fonction essentielle de la véritable beauté, en effet, déjà évidente chez Platon, consiste à donner à l’homme une « secousse » salutaire, qui le fait sortir de lui-même, l’arrache à la résignation, au compromis avec le quotidien, le fait souffrir aussi, comme un dard qui blesse, mais précisément ainsi le « réveille », en lui ouvrant à nouveau les yeux du cœur et de l’esprit, en lui donnant des ailes, en le poussant vers le haut.  […] 
la beauté authentique ouvre le cœur humain à la nostalgie, au désir profond de connaître, d’aimer, d’aller vers l’Autre, vers ce qui est Au-delà de soi. Si nous laissons la beauté nous toucher profondément, nous blesser, nous ouvrir les yeux, alors nous redécouvrons la joie de la vision, de la capacité de saisir le sens profond de notre existence, le Mystère dont nous faisons partie et auquel nous pouvons puiser la plénitude, le bonheur, la passion de l’engagement quotidien. […]
Les grands récits bibliques, les thèmes, les images, les paraboles ont inspiré d’innombrables chefs-d’œuvre dans tous les domaines des arts, de même qu’ils ont parlé au cœur de chaque génération de croyants à travers les œuvres de l’artisanat et de l’art local, tout aussi éloquentes et captivantes. […] 
Chers artistes, m’approchant de la conclusion, je voudrais adresser moi aussi, comme le fit déjà mon prédécesseur, un appel cordial, amical et passionné. Vous êtes les gardiens de la beauté ; vous avez, grâce à votre talent, la possibilité de parler au cœur de l’humanité, de toucher la sensibilité individuelle et collective, de susciter des rêves et des espérances, d’élargir les horizons de la connaissance et de l’engagement humain. Soyez donc reconnaissants des dons reçus et pleinement conscients de la grande responsabilité de communiquer la beauté, de faire communiquer dans la beauté et à travers la beauté ! 
Soyez, vous aussi, à travers votre art, des annonciateurs et des témoins d’espérance pour l’humanité ! Et n’ayez pas peur de vous confronter avec la source première et ultime de la beauté, de dialoguer avec les croyants, avec ceux qui, comme vous, se sentent en pèlerinage dans le monde et dans l’histoire, vers la Beauté infinie ! La foi n’ôte rien à votre génie, à votre art, au contraire elle les exalte et les nourrit, elle les encourage à franchir le seuil et à contempler avec des yeux fascinés et émus le but ultime et définitif, le soleil sans crépuscule qui illumine et embellit le présent. […]
Chers amis, je vous encourage à découvrir et à exprimer toujours mieux, à travers la beauté de vos œuvres, le mystère de Dieu et le mystère de l’homme. Que Dieu vous bénisse ! »

Le pape Benoit XVI, par cette rencontre, mettait ses pas dans ceux de saint Jean-Paul II, qui avait écrit une lettre aux artistes le 4 avril 1999, et dans ceux de saint Paul VI, qui avait organisé une première rencontre avec des artistes le 7 mai 1964 dans la chapelle Sixtine.

Jeudi 5 janvier, RCF propose une programmation spéciale à l'occasion des obsèques de Benoit XVI.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don