Accueil
Jusqu'à 45.000 Français attendus aux JMJ de Lisbonne : les organisateurs n'espéraient pas un tel succès !
Partager

Jusqu'à 45.000 Français attendus aux JMJ de Lisbonne : les organisateurs n'espéraient pas un tel succès !

Un article rédigé par Anne Kerléo, Odile Riffaud - RCF, le 25 juillet 2023  -  Modifié le 27 juillet 2023

Les organisateurs des JMJ pour la France ne s'attendaient pas à un tel succès. Au lieu des 31.000 pèlerins attendus, 42 à 45.000 jeunes français devraient participer aux Journées mondiales de la jeunesse de Lisbonne. Et parmi eux, des jeunes non pratiquants voire d'autre religion...

 

Des jeunes de la délégation française aux JMJ de Panama, le 22/01/2019 ©Jean-Matthieu Gautier / Hans Lucas Des jeunes de la délégation française aux JMJ de Panama, le 22/01/2019 ©Jean-Matthieu Gautier / Hans Lucas

 

Avec 42.000 jeunes, la délégation française est la troisième par le nombre pour ces JMJ de Lisbonne. Les organisateurs pour la France attendent même jusqu'à 45.000 participants, estime le Père Vincent Breynaert, le directeur du Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV), de la Conférence des évêques de France (CEF). "C’est une heureuse surprise, se réjouit-il, on est un peu plus nombreux que prévu !" L’équipe d’organisation pensait réunir dans les 31.000 personnes, selon les dernières JMJ qui se sont déroulées en Europe, celles de Cracovie en 2016.

 

 


 

LES JMJ DE LISBONNE, UN ÉVÉNEMENT À SUIVRE EN DIRECT SUR RCF

Proposées par l'Église catholique, les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) rassemblent plus d’un million de jeunes du monde entier. Près de 40.000 Français sont attendus du 1er au 6 août à Lisbonne, c'est la troisième plus grosse délégation. RCF, avec Radio Notre-Dame, se mobilise pour vous faire vivre ces temps de prière, de fête et de partage.

> En savoir plus

 


 

 

Comment expliquer le succès des JMJ auprès des jeunes français ?

 

La plupart des jeunes français sont déjà arrivés au Portugal ou sont en route. Sur les 42.000 pèlerins inscrits aux JMJ, plus des deux tiers en effet participent à la semaine en diocèse, qui a commencé ce lundi. Pour la plupart d'entre eux, ce sont les premières JMJ. "La plupart des jeunes qui viendront n’ont pas vécu de JMJ dans leur vie", précise Vincent Breynaert. "Ils ont entendu parler par leurs parents leurs grands-parents des JMJ et se disent : Mais au fond c’est génial de se retrouver ensemble comme peuple de Dieu pour dire au monde notre espérance !"

 

Comment expliquer le succès de cette édition des JMJ auprès des jeunes français ? Il y a sans doute l’attrait de la ville. "Lisbonne attire énormément, admet le directeur du SNEJV, c’est une capitale dynamique, belle et au soleil !" Mais aussi l’effet post-Covid. Les JMJ de Lisbonne, initialement prévues pour 2022, ont été reportées d’un an en raison de la pandémie. "Après le Covid, et dans une situation complexe dans la vie des jeunes et la vie du monde", il y a selon Vincent Breynaert "l’intérêt de se retrouver ensemble pour dire notre foi et proclamer l’espérance qui est la nôtre comme chrétien. C’est tout l’intérêt des JMJ depuis le début de dire l’universalité de l’Église et puis son message."

 

 

Parmi les pèlerins français, des jeunes peu pratiquants ou d’autre religion

 

Pour un jeune français, le coût des JMJ s’élève à 700 euros pour deux semaines, voyage compris. Comme l’a montré le quotidien La Croix en mai dernier, ceux qui participent aux JMJ cette année sont à 87% issus des catégories sociales les plus favorisées. L’enquête a aussi montré que ces jeunes sont en majorité plutôt attachés à des valeurs conservatrices et très pratiquants. Sur ce dernier point, rien de bien étonnant pour Vincent Breynaert. "Ils représentent, ces jeunes qui viennent aux JMJ, beaucoup de jeunes qui sont présents au quotidien dans nos structures d’aumônerie d’étudiants… Que l’on trouve des pratiquants aux JMJ en majorité c’est normal." Mais ces jeunes ne recherchent pas l’entre-soi puisqu’ils "ont invité" d’autres jeunes à participer aux JMJ. "Le propre des JMJ, rappelle Vincent Breynaert, c’est la dimension missionnaire qui se vérifie dans chacun des groupes."

 

Dans "chacun des groupes" constitués pour les JMJ, on trouve "des jeunes parfois non baptisés, qui sont d’autres religion" précise le directeur du SNEJV, ou encore des jeunes "qui n’ont pas connu de pratique dominicale depuis très longtemps". "C’est quand même impressionnant de passer deux semaines de son été dans un camp chrétien en allant à l’eucharistie de tous les jours, en écoutant les catéchèses… Ça fait quand même 42.000 jeunes qui vont suivre comme une petite retraite sur 15 jours !" À noter, les "efforts" qui ont été fait par plusieurs diocèses pour "soutenir financièrement" les jeunes qui n’avaient pas les moyens de participer aux JMJ.

 

 

Le "temps des Français"

 

Des pèlerins français qui vont tous pouvoir se retrouver mardi 1er août. Le "temps des Français", une nouveauté de ces JMJ de Lisbonne, sera diffusé en direct sur RCF et Radio Notre-Dame, ce mardi 1er août. En réalité ce n’est pas tout à fait une nouveauté car les Français s’étaient réunis durant les JMJ de Rio ou de Panama, mais ils n'étaient "que" 1.000 ou 3.000. "Là, on va réunir plus de 40.000 personnes, rappelle Vincent Breynaert, c’est un gros défi logistique et organisationnel pour faire venir des centaines de cars, pour distribuer 40.000 repas…"

 

Ce "temps des Français" a été pensé pour que les jeunes puissent "prendre mesure de ce qu’ils représentent pour l’Église qui est en France et pour le pays qui est le leur", explique Vincent Breynaert. "Les deux mots qui vont habituer cette journée c’est disciple missionnaire." Au cours de ce temps fort, douze témoins évoqueront la place de la foi chrétienne dans leur vie. Un moment festif "mais aussi de prière de louange, d’adoration eucharistique" au cours duquel les jeunes seront invités à prendre un engagement. Engagement qui fera l’objet d’un "moment important de bénédiction" par les évêques présents sur place. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don