Accueil
JMJ de Lisbonne : top départ pour la semaine en diocèse
Partager

JMJ de Lisbonne : top départ pour la semaine en diocèse

Un article rédigé par Anne Kerléo, Odile Riffaud - RCF, le 24 juillet 2023  -  Modifié le 31 juillet 2023
JMJ de Lisbonne 2023 JMJ de Lisbonne, top départ !

Les pèlerins des JMJ affluent vers le Portugal. Ce lundi 24 juillet débute la semaine en diocèse, un temps de rencontre avant le grand rassemblent à Lisbonne dès le 1er août. 

©Corinne Simon / Hans Lucas ©Corinne Simon / Hans Lucas

 

On croise déjà des jeunes pèlerins dans les rues de Lisbonne... Les Journées mondiales de la jeunesse commencent le 1er août mais la semaine en diocèse débute ce lundi 24 juillet. Dix-sept diocèses du Portugal y participent : au programme, accueil des pèlerins et découverte des réalités de l'Église locale. La délégation française compte parmi les trois plus importantes. Anne Kerléo a recueilli le témoignage de Pedro Ary, en charge de l'accueil des jeunes français.

 

 


 

LES JMJ DE LISBONNE, UN ÉVÉNEMENT À SUIVRE EN DIRECT SUR RCF

Proposées par l'Église catholique, les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) rassemblent plus d’un million de jeunes du monde entier. Près de 40.000 Français sont attendus du 1er au 6 août à Lisbonne, c'est la troisième plus grosse délégation. RCF, avec Radio Notre-Dame, se mobilise pour vous faire vivre ces temps de prière, de fête et de partage.

> En savoir plus

 


 

 

JMJ : top départ pour les journées en diocèse

 

Les JMJ de Lisbonne ont lieu du 1er au 6 août. Mais les participants se retrouvent dès le 24 juillet pour une semaine avant pour vivre les journées en diocèses. Un dispositif instauré lors des JMJ de Paris, en 2000. Il permet notamment à ceux qui viennent de très loin de ne pas faire le déplacement "que" pour cinq jours.

 

La semaine en diocèse a été pensée pour que les jeunes puissent, durant une semaine, vivre en immersion au cœur des paroisses du pays d’accueil. Un temps dédié aux rencontres et à la découverte des réalités de l’Église locale. Sur les vingt-et-un diocèses que compte le Portugal, dix-sept y participent. "Chaque diocèse fait une proposition de programme", décrit Pedro Ary. Le jeune homme se réjouit de voir déjà "des pèlerins et des volontaires dans les rues de Lisbonne". La concrétisation de plusieurs années de travail…

 

 

Pedro Ary, engagé dans l’organisation des JMJ

 

C’est en 2019 au Panama qu’ont été annoncées les JMJ de Lisbonne (prévues initialement pour 2022 mais reportées en raison de la pandémie de Covid). Cette annonce, "je l’ai sentie comme une invitation à me mettre au travail… j’ai cherché avec tant d’autres à me mobiliser avec l’Église", raconte Pedro Ary. Le jeune portugais s’est d’abord engagé comme volontaire, de janvier 2020 à mai 2022, puis il a été embauché au sein du COL, le comité local d’organisation, où ce francophone est en charge de l’accueil des pèlerins français.

 

 

On a appris surtout que l’Église est vivante, que l’Église est jeune, que l’Église est dynamique !

 

 

 

Plus de 1.000 personnes à pied d'œuvre

 

L'organisation des JMJ commence par la formation d'une nouvelle équipe. À chaque édition en effet une nouvelle équipe se constitue : "Il ne doit pas y avoir de professionnalisation", explique Pedro Ary. Le COL rassemble pas moins de 1.000 personnes. Salariés et bénévoles s’occupent de la logistique, de la pastorale et du programme des activités, de l’accueil et des inscriptions, mais aussi de la prise en charque des quelque 20 à 30.000 volontaires... Il y a aussi la communication, internet et les réseaux sociaux, les relations presse.

 

"On peut faire beaucoup de choses et travailler avec acharnement mais si à la fin il n’y a pas plein de petits miracles on ne s’en sort pas !" Pour Pedro Ary cette expérience aura été riche d'enseignements, notamment sur le travail en équipe. "On a appris surtout que l’Église est vivante, que l’Église est jeune, que l’Église est dynamique !" Les JMJ, c'est pour lui le type d'événement qui peut changer l'image de l'Église. "Ceux qui pensent que l’Église c’est trois vieilles dames qui prient leur chapelet au milieu de l’après-midi dans une église sombre vont comprendre qu’ils se sont vraiment fourvoyés !"

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©Thomas Dalle / RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
JMJ de Lisbonne 2023

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don