Accueil
"Ils étaient comme des brebis sans berger" (Mc 6, 30-34)
Partager

"Ils étaient comme des brebis sans berger" (Mc 6, 30-34)

Un article rédigé par Nicolas de Boccard (50553) - RCF,  -  Modifié le 7 février 2022

"Ils étaient comme des brebis sans berger"

Méditation de l'évangile (Mc 6, 30-34) par le père Nicolas de Boccard

Chant final: "Louange à toi, Ô Christ" par la communauté de l'Emmanuel

andrew-pons-UNSPLASH andrew-pons-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    les Apôtres se réunirent auprès de Jésus,
et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
    Il leur dit :
« Venez à l’écart dans un endroit désert,
et reposez-vous un peu. »
De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux,
et l’on n’avait même pas le temps de manger.
    Alors, ils partirent en barque
pour un endroit désert, à l’écart.
    Les gens les virent s’éloigner,
et beaucoup comprirent leur intention.
Alors, à pied, de toutes les villes,
ils coururent là-bas
et arrivèrent avant eux.
    En débarquant, Jésus vit une grande foule.
Il fut saisi de compassion envers eux,
parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger.
Alors, il se mit à les enseigner longuement.

Source : AELF

Méditation Père Nicolas de Boccard

            Comme elle est belle cette sollicitude de Jésus envers ses disciples : il les emmène à l’écart dans un endroit désert pour reprendre des forces : se nourrir, se reposer, prier… avant de se laisser de nouveau happé par l’humanité en souffrance.

Cela me fait penser à cette histoire que l’on raconte sur Mère Térésa. Cette dernière était invitée dans son pays d’origine : l’Albanie, pays communiste et anticlérical mais dont la figure de Mère Térésa faisait honneur et était utilisée à des fins politiques : « cette femme démontre la décadence des pays occidentaux qui laissent mourir de froid et de faim des gens dans la rue ». A la douane, on ne lui demande rien, par contre, les autorités sont suspicieuses envers un homme qui l’accompagne et qui n’a pas de visa. Mère Térésa intervient et dit : « cet homme est un prêtre, il me donne tous les jours l’eucharistie. Si cet homme n’entre pas avec moi en Albanie, il n’y aura pas de Mère Térésa, car j’ai besoin tous les jours du pain de la vie, l’eucharistie ». De même que nous avons besoin de la prière : « la nourriture de l’âme ». Pour nourrir les autres, il faut se nourrir soi-même ! Les sœurs de la Charité, à la suite de Mère Térésa, arrêtent chaque jour leur activité auprès des malades et des mourants et vont ensemble une heure devant le Saint Sacrement. Elles vont puiser à la source les forces nécessaires afin de pouvoir à leur tour donner.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don