Accueil
"Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur ..." (Lc 15, 1-10)
Partager

"Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur ..." (Lc 15, 1-10)

Un article rédigé par Pasteur Jean-Pierre Sternberger (50973) - RCF, le 11 septembre 2022  -  Modifié le 11 septembre 2022
Prière du matin "Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur ..." (Lc 15, 1-10)

"Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit"

Méditation de l'évangile (Lc 15, 1-10) par le pasteur Jean Pierre Sternberger

Chant final: "Le chant du Père" par le groupe Glorious

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    les publicains et les pécheurs
venaient tous à Jésus pour l’écouter.
    Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :
« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs,
et il mange avec eux ! »
    Alors Jésus leur dit cette parabole :
    « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une,
n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert
pour aller chercher celle qui est perdue,
jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
    Quand il l’a retrouvée,
il la prend sur ses épaules, tout joyeux,
    et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins
pour leur dire :
‘Réjouissez-vous avec moi,
car j’ai retrouvé ma brebis,
celle qui était perdue !’
    Je vous le dis :
C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel
pour un seul pécheur qui se convertit,
plus que pour 99 justes
qui n’ont pas besoin de conversion.

    Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et qu’elle en perd une,
ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison,
et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?
    Quand elle l’a retrouvée,
elle rassemble ses amies et ses voisines
pour leur dire :
‘Réjouissez-vous avec moi,
car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !’
    Ainsi je vous le dis :
Il y a de la joie devant les anges de Dieu
pour un seul pécheur qui se convertit. »

Source : AELF

Méditation Pasteur J.P. Sternberger

En apparence, trois fois la même histoire. On perd de vue une brebis, une pièce, un fils, on retrouve l’animal, l’objet, le garçon, on invite les amis, les voisines, l’autre fils.

Mais si dans les trois cas, on perd de vue, on retrouve, on invite, le berger qui retrouve sa brebis invite ses amis, la femme qui retrouve une pièce invite ses voisines. Les amis ne sont pas les frères de la brebis. Les voisines ne sont pas les sœurs de la pièce. Mais le père qui retrouve son fils invite… son autre fils, frère semblable de celui qui a été retrouvé. Et quand le berger invite ses amis, les brebis sont déjà réunies, quand la femme invite ses voisines toutes les pièces sont dans la bourse. Quand le père invite son autre fils, les deux sont encore séparés. Comme si, accueillant le fils qu’on dit prodigue, le père prenait le risque de perdre l’autre fils au point que, quand finit la parabole, on ne sait toujours pas si le père a de nouveau deux fils avec lui ou s’il en a perdu un d’avoir retrouvé l’autre…

Ces histoires, Jésus les raconte à ceux qui lui reprochent de manger avec des pécheurs. Il prend lui aussi le risque d’accueillir certains de ses frères et sœurs parce qu’il croit que ses autres frères et sœurs auront assez d’intelligence et d’amour pour accepter qu’il ouvre tout grandes les portes de son Église.

Seigneur merci pour le repas de ce jour auquel tu nous invites toutes et tous.

Amen

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don